Un septuagénaire interpellé par erreur par des gendarmes, près de Dieppe

Une plainte a été déposée contre la gendarmerie par un septuagénaire, interpellé, chez lui, au Tréport, le 13 novembre 2013, par erreur, dans le cadre d’un trafic de contrebande.

L'interpellation s'est déroulée le 13 novembre 2013 au Tréport : elle fait désormais l'objet d'une enquête, confiée aux gendarmes de Neufchâtel-en-Bray. (Photo d'illustration)

Quand les gendarmes interpellent la mauvaise personne… Cela donne une plainte. Et une enquête, confiée par le parquet de Dieppe à la brigade de recherches de Neufchâtel-en-Bray, pour une affaire qui s’est déroulée au Tréport, mercredi 13 novembre 2013. L’histoire ne dure que quelques minutes mais les investigations qui y ont menée, elles, ont commencé au mois de mai de la même année. Ce que 76actu sait sur ce dossier…

Les gendarmes de la compagnie de Dieppe travaillent depuis six mois sur un trafic de contrebande portant sur de l’alcool et des cigarettes et impliquant des dockers du port du Tréport… cinq personnes en tout, résidant au Tréport, donc, mais aussi dans la Somme. Identifiées, ces personnes devaient toutes être interpellées au même moment, soit le 13 novembre. Pour cette opération, le Groupe d’intervention régional (Gir) de Haute-Normandie (une unité de police et de gendarmerie) avait été mobilisé mais aussi le Peloton spécial de protection de la gendarmerie (PSPG) : l’un des suspects était connu pour être potentiellement violent envers les forces de l’ordre puisqu’il avait déjà été condamné pour cela », explique un officier du groupement de la Seine-Maritime.

Le vrai suspect interpellé plus tard

Jusque-là, rien d’anormal. Il est 6h du matin, il fait encore nuit, les gendarmes arrivent au domicile supposé de ce mis en cause, casqués, apprêtés à une situation qui pourrait se révéler difficile. « L’injonction d’ouvrir la porte est faite à ce monsieur : la porte s’ouvre, sans qu’aucune dégradation ne soit commise. L’homme est menotté et, comme d’habitude lors de toute interpellation, les enquêteurs lui demandent son identité, qu’il décline. Il ne s’agissait donc pas du suspect recherché. Cet habitant a donc été immédiatement laissé libre de ses mouvements. Cela a duré quelques minutes à peine », assure l’officier, au courant qu’une plainte a finalement été déposée, lundi 18 novembre, par ce septuagénaire ainsi que son épouse, âgée de 62 ans, fragile car elle sortait à ce moment-là de l’hôpital.
Le parquet de Dieppe a bien été saisi d’une plainte et, pour éviter toute partialité dans ce dossier, le magistrat a préféré dépayser l’affaire et la confier aux militaires de Neufchâtel.

Quinze personnes suspectées du trafic

Quid du véritable suspect, signalé comme violent ? « Il a été interpellé, mais plus tard. »
Selon nos confrères de L’Informateur d’Eu, en tout, ce sont quinze personnes qui ont été arrêtées dans le cadre de ce trafic de contrebande. Il porterait sur quelque 180 cartouches de cigarettes débarquées tous les ans, pendant trois ans, et des dizaines de bouteilles d’alcool, offertes par les marins aux dockers, d’après leurs déclarations, lorsque les cales des navires étaient bien nettoyées…

Source : 76 Actu

Note de la rédaction de Profession-Gendarme : Cette affaire à permis la résolution d’une autre affaire, voir notre publication titrée “Les gendarmes mettent fin au trafic sur le port de commerce”

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *