Un nouvel adjoint à la gendarmerie

Le capitaine Forest est heureux de cette affectation à la gendarmerie d'Ancenis.

Le capitaine Forest est heureux de cette affectation à la gendarmerie d’Ancenis. |

Le capitaine Sébastien Forest, 38 ans, prend la suite du capitaine Philippe Patris, parti pour une retraite bien méritée.

Le nouveau second de la compagnie de gendarmerie d’Ancenis a le sourire. Marié, père de deux enfants, Sébastien Forest a passé les quatre dernières années en tant que commandant de brigade en Corse, avant d’être muté sur les rives ligériennes.

Une bonne nouvelle pour ce gendarme chevronné, qui, s’il concède « quatre ans au soleil entre la plage et la montagne » lorsqu’il ne travaillait pas, ne regrettera pas « le manque de vie culturelle » de l’île de beauté. Gageons que la découverte du pays d’Ancenis, où il a passé son été « pour déjà apprendre à connaître le coin », lui a permis de s’apercevoir de la richesse culturelle dudit pays et de ses deux métropoles environnantes, à deux pas de la mer. « Ancenis me plaît bien, j’ai vu qu’il y avait un grand théâtre, et nous avons déjà été faire un tour aux Machines de l’île à Nantes. »

Ancien militaire, le capitaine Forest est devenu officier en 2010, après dix ans comme chasseur alpin. Un métier de passion, mais, au final, le désir « de revenir à une mission davantage proche du public. Dans l’armée, nous sommes parfois un peu à l’extérieur du monde civil ». Aujourd’hui, le nouveau capitaine, fraîchement ancenien, est « décidément ravi d’être dans la région, et puis, le poste de commandant en second est un poste très intéressant dans la gendarmerie ».

Une découverte qui devrait se poursuivre tout le mois d’août, puisque, souligne-t-il, un poste à responsabilité implique de connaître chaque gendarme. « Cela fait du monde, car avec cinq unités, il me reste 98 personnes à rencontrer ! » s’amuse l’officier.

En fonction depuis lundi 1er

août, le capitaine Forest exprime un souci constant de veiller au mieux à la sécurité des biens et des personnes, à commencer par les cambriolages, fléau de la saison estivale. « Je suis aujourd’hui impatient d’épauler le commandant Bouet. »

Source : Ouest France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.