Un Médecin Généraliste non vacciné nous apporte son témoignage

Pour les esprits chagrins ou les divers Trolls, bien que je protège l’anonymat de ce médecin, je certifie que ce courrier émane d’un Médecin connu ayant pignon sur rue…

En conséquence à chacun son opinion ou ses questionnements, je n’en dirai pas davantage…

Le Dr (X… Y…) informe sa patientèle, qu’en raison de son refus d’adhérer à l’obligation vaccinale des soignants, la Directrice générale de l’ARS (Agence Régionale de Santé) du Grand Est, Madame Virginie CAYRE, l’a informé « être réputé ne plus avoir le droit d’exercer sa profession, conformément à l’article 14 de la loi n°2021-1040 du 5 août 2021 », à partir du 15 septembre 2021 !


Chère Patiente, cher patient,
Je prends acte de ce « diktat » à mon encontre et je suis sincèrement désolé, pour chacune et chacun d’entre vous, de cette rupture abrupte dans notre relationnel de confiance, contraire à ma volonté, et des désagréments que cela vous cause.

Toute poursuite d’activité professionnelle m’exposerait à des sanctions pénales lourdes.
Je persiste à penser et à croire que nous assistons à une inversion des valeurs basiques de notre civilisation, quand les pouvoirs publics se mettent à faire de la Médecine, et même à prôner la médecine de demain, loin de celle d’Hippocrate, avec leur « Médecine d’État » qui devient un copier-coller des directives de Big Pharma.


En conséquence je plaide :
• Le Serment d’Hippocrate autorise encore tout médecin à refuser d’injecter un médicament expérimental s’il le suspecte être du poison ! Seul la connaissance précise de sa composition exacte permettrait de lever ce doute ! La plupart des médecins font une confiance aveugle à Big Pharma (moulte fois condamné pour tromperie) et ignorent les conflits d’intérêts de la plupart de nos collègues médecins qui font la promotion desdits vaccins dans les médias officiels. Qu’est devenu notre « Primum non nocere » ?  


• D’après le Code de Nuremberg et de nombreuses lois internationales, une obligation vaccinale devrait être juridiquement impossible, même pour les soignants et surtout pour les femmes enceintes et les enfants, pour un médicament en phase de tests. Nul ne devrait être soumis sans son consentement éclairé à une expérience médicale ou scientifique.


• Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, j’ai toujours refusé d’abandonner mes patients, atteints cliniquement du Covid, avec juste du Doliprane, mais en les traitant de suite, dès les 1ers signes, avec le mix hydroxychloroquine/azithromycine tout au début, actuellement plutôt avec le mix Ivermectine /doxycycline, tout en boostant leur immunité, et en contrôlant ensuite, suite aux directives de l’IHU de Marseille, les D-dimères et leur saturation en oxygène à domicile. Cela m’a valu une convocation à l’Ordre Départemental des Médecins !


• Ce qu’on appelle des « vaccins anti-Covid19 » ne sont pas des vaccins classiques où on injecte des structures rendues inoffensives de bactéries, virus ou apparentés, destinées à créer en retour une immunité, mais ce sont des programmations géniques via ARNm ou ADN, sans garantie qu’elles n’agissent pas également en retour sur notre génome, ce que soutient pourtant de nombreuses publications scientifiques indépendantes.


• Des milliers de témoignages, souvent visibles sur vidéos, de phénomènes d’aimantation de pièces métalliques après vaccination, ou encore le retrait officiel de 1,6 Million de doses de Moderna au Japon pour « contamination par substance pouvant être du métal et réagissant aux aimants » (nanoparticules magnétisées ou graphène présents ensuite dans chacune de nos cellules ?) devraient nous interpeller quant à une interférence techniquement possible, lors d’une IRM, voire avec la 5G et nos portables !


• Fini le secret médical : ILS sauront tout de vous ! Qui peut croire honnêtement à la méga pub gouvernementale sur une page entière du 23/08/2021 dans les DNA « OUI À LA E-SANTÉ dès 2022 », … avec des données sécurisées ! et soutenue par la Conseil National de l’Ordre des Médecins. Sur WWW.FRANCE.TV/FRANCE-2/CASH-INVESTIGATIONS du 14 mai 2021, nous apprenons que la CNIL a déjà autorisé les pharmaciens à vendre les données de la carte vitale à une société privée … ou encore quand la CPAM communique actuellement le statut vaccinal des professionnels de santé aux ARS (Agences Régionales de Santé).

Toute cette nouvelle vague mondialiste, avec sa doxa ou son credo, son intronisation individuelle avec le « vaccin anti-covid19 », également soutenue par la plupart des médias, par tous nos parties politiques et même par notre pape et notre évêque en Alsace, sera-t-elle salvatrice ou destructrice pour notre humanité ?

A chacun sa réponse !
Bien à chacune et chacun
Dr ………….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.