Un match en hommage aux gendarmes disparus Rugby XV

Rencontre amicale entre une sélection de rugby de la gendarmerie nationale (maillot bleu) et le XV du Pacifique (en rouge)./Photo DDM. Michel Viala.
Rencontre amicale entre une sélection de rugby de la gendarmerie nationale (maillot bleu) et le XV du Pacifique (en rouge)./Photo DDM. Michel Viala.

«Nous sommes rassemblés en la mémoire de nos camarades : Lionel, Christophe, Dominique et Jean-Christophe. Mais surtout, nous sommes rassemblés autour de leurs familles et, en particulier, de leurs enfants», rappelait le capitaine Jean-Charles Maurat, manager de la sélection nationale de rugby de la gendarmerie (SNRG XV), à l’issue du match qui opposait son équipe à la sélection du XV du Pacifique, jeudi soir sur la pelouse du stade de Balma.

Au-delà du panneau d’affichage qui, à la fin du temps réglementaire, affichait 30 à 17 en faveur de la SNRG, ce qui rapprochait les 1 600 personnes réunies dans l’enceinte du stade était l’hommage rendu aux quatre gendarmes cités par le capitaine Jean-Charles Maurat, qui sont décédés dans le crash de leur hélicoptère à la fin du mois de mai sur le massif des Hautes-Pyrénées. Ce match de gala, parrainé par le Stade Toulousain et dont le droit d’entrée était fixé à 5 euros, avait pour objectif d’aider leurs huit enfants, auxquels l’intégralité des bénéfices réalisés à l’occasion de la rencontre, soit 8 000 €, a été remis.

Ferveur et émotion

«Il y a quelques mois, c’est toute l’institution de la gendarmerie qui s’est rassemblée autour des familles de nos quatre camarades», a souligné le général Bernard Clouzot, directeur régional de la gendarmerie nationale. Et d’ajouter : «Aujourd’hui, ce n’est pas l’institution qui est présente autour des familles, ce sont des gendarmes, des amis de la gendarmerie et des familles de gendarmes. Ils ont souhaité témoigner leur soutien en organisant ce match». Alors, jeudi, ferveur et émotion régnaient dans le public, y compris parmi les officiels, dont Frédéric Rose, directeur de cabinet du préfet, le général Éric Bellot des Minières, patron de la 11e brigade parachutiste, le général Bernard Clouzot, ou encore Magali Michel, commandant de la compagnie Toulouse Saint-Michel. Émotion également partagée par Vincent Terrail-Novès, maire de Balma, qui était accompagné de plusieurs élus de sa ville.

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.