Un homme tué à La Défense par des policiers : l’IGPN chargée d’une enquête pour « meurtre »

84b117e_qTxn2bvqQhWhaTa8P9imWW1SLa police scientifique sur les lieux de l’attaque, le 13 décembre 2019. (BERTRAND GUAY / AFP)

Vendredi, un homme de 42 ans, échappé d’un établissement psychiatrique, avait été mortellement blessé par balles par des policiers après les avoir menacés avec une scie.

Une enquête judiciaire pour « meurtre » a été ouverte après la plainte de la mère de l’homme tué vendredi à La Défense par des policiers qu’il avait menacés d’une scie, a-t-on appris mercredi 18 décembre de source judiciaire.

Cette enquête préliminaire a été confiée à l’Inspection générale de la Police nationale (IGPN), la « police des polices », après le dépôt vendredi de cette plainte auprès du commissariat de Nanterre, selon cette même source.

L’IGPN avait déjà été saisie d’une enquête administrative concernant cet homicide, une procédure systématique lorsqu’un policier fait usage de son arme de service.

Une enquête de flagrance pour tentative de meurtre sur personne dépositaire de l’autorité publique avait également été confiée au commissariat de Puteaux-La Défense dès vendredi soir, mais le décès du suspect entraîne la fin de la procédure, a précisé la même source.

Echappé d’un établissement psychiatrique

Vendredi, cet homme de 42 ans, échappé d’un établissement psychiatrique où il avait été interné d’office, avait été mortellement blessé par balles par des policiers après les avoir menacés d’une scie, dans un sous-sol du quartier d’affaires où il avait élu domicile.

Marocain en situation irrégulière et « en voie de clochardisation », il aurait lancé : « Je suis un terroriste » avant de succomber, avait indiqué la procureure de la République de Nanterre.

Mais le caractère terroriste de l’agression a rapidement été écarté.

Selon le directeur territorial de la Sécurité de proximité des Hauts-de-Seine Bernard Bobrowska, qui s’était exprimé vendredi lors d’une conférence de presse, les policiers ont agi « en état de légitime défense ».

Source : L’Obs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.