Un homme gravement blessé au visage par un tir de fusil à la Vieille-Lyre dans l’Eure

image_content_23791940_20180610200437

Les faits se sont produits au 7 rue derrière le bourg à la Vieille-Lyre
Violences. Un homme a été gravement blessé par un tir d’arme à feu samedi soir à la Vieille-Lyre, dans le pays d’Ouche dans l’Eure. Le couple, qui l’hébergeait, a été placé en garde à vue. Des faits survenus sur fond d’alcool.

Un homme a été gravement blessé au visage par un tir d’arme à feu samedi soir sur la commune de la Vieille-Lyre située à une trentaine de kilomètres au sud-est de Bernay.

Les faits se sont déroulés au 7 rue derrière le bourg, au domicile d’un homme et d’une femme, qui hébergeait régulièrement un autre homme.

« J’ai entendu un coup de fusil de chasse vers 20 h. Puis j’ai vu la femme qui habite dans la maison sortir en hurlant « il va mourir, au secours ». Je suis allé voir mais je suis ressorti aussitôt pour prévenir les pompiers. Il y avait du sang partout et la victime n’avait plus de visage », expliquait hier un voisin encore choqué. Un ancien sapeur-pompier présent est intervenu pour porter les premiers. La victime, l’homme hébergé au domicile, a par la suite été prise en charge par les secours.

Le pronostic vital de la victime toujours engagé

Évacué dans un état critique, son pronostic vital était toujours engagé hier.

Le couple, un homme âgé d’une quarantaine d’années, et une femme, âgée d’une soixantaine d’années, a été placé en garde à vue. Une enquête a été ouverte confiée à la Brigade de recherches de la compagnie de gendarmerie d’Évreux. « À l’heure actuelle, au regard des constatations et de la clarté des versions des uns et des autres, on est toujours dans une qualification de violences volontaires avec arme » indiquait-on hier au groupement de gendarmerie.

Selon le voisinage, le couple hébergeait la victime, un marginal, dans un logement proche de l’insalubrité.

« La mairie était intervenue à une reprise auprès d’eux pour un problème d’animaux laissés à l’abandon. Ils avaient 14 chats mais ils ne s’en occupaient pas. Ils vivaient dans une situation de misère » a expliqué Marc Morière, maire de la Vieille-Lyre. « Ils n’ont pas voulu d’aide, ils vivaient dans leur bulle ».

Des faits intervenussur fond d’alcool

Hervé Houbert est officiellement maçon, mais selon le maire, lui et sa compagne percevaient les minima sociaux. « Les faits se sont déroulés au sein d’une sphère particulière d’amis, c’était tendu », détaillait hier une source proche du dossier. Selon nos informations, les faits se sont également produits sur fond d’alcool.

Les raisons du différend à l’origine du tir n’ont pas filtré. La garde à vue du couple a été prolongée hier et pourrait s’achever ce lundi soir.

Source : Paris Normandie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.