Un an ferme pour le Gilet jaune qui a failli provoquer le crash de l’hélicoptère des gendarmes

20190121194021462-0Un an ferme pour le Gilet jaune qui a failli provoquer le crash de l’hélicoptère des gendarmes

Gérald, 32 ans, a été interpellé par la police, samedi, dans la soirée. Ce Gilet jaune, qui participait pour la première fois à une manifestation, a donné du fil à retordre aux forces de l’ordre et, notamment, à l’équipage de l’hélicoptère de la gendarmerie qui survolait le centre-ville de Toulouse. A l’audience, le pilote a affirmé avoir failli se crasher à cause du laser pointé sur lui. 

Muni d’un pointeur laser, il n’a pas cessé de viser l’aéronef et son zoom ultrapuissant. « Ça fait l’effet d’un coup de poing, ça se réverbère dans la cabine », a décrit, lors de son audition, le pilote. « Le laser est très puissant, relate l’opérateur de police héliporté. Pour pouvoir continuer, je devais me couvrir les yeux avec mon avant-bras. Il y a failli y avoir un crash. L’hélicoptère perdait de l’altitude ».

Ce samedi, à l’occasion de l’Acte 10 des Gilets jaunes, Gérald a aussi visé les forces au sol dont des motards. « J’avais vu sur les réseaux sociaux que les policiers tiraient gratuitement sur les manifestants avec leurs flash-balls. Je visais l’homme derrière l’arme ».

À l’audience, cet agent commercial pour une société de courtage écologique ne semble pas se rendre compte de la gravité de ses actes. « Je ne sais pas quel est le degré. » Il parle de « jeu ». Un jeu qui n’aura amusé que lui. Quand le président explique qu’un crash a failli se produire, il réalise. « Je n’en étais pas conscient. Je ne l’ai pas fait délibérément. »

 » Un crash au-dessus du Capitole, c’est pire qu’AZF »

« Ce sont des faits particulièrement graves, résume la procureur. On est au-dessus du Capitole. Si l’hélicoptère se crashe, c’est pire qu’AZF. On est dans une situation de guerre. » Et de requérir trois ans de prison ferme et un mandat de dépôt.

Maîtres Martin Vatinel et Etienne Durand-Raucher, les avocats des forces de l’ordre soulignent : « On est passé à quelques mètres du drame. Ils perdaient de l’altitude. Ils ont dû remettre quatre fois les gazs. »

La défense relativise : « Vous jugez dans une atmosphère de guerre mais les conséquences ne se sont pas manifestées ».

Après avoir délibéré, le tribunal correctionnel de Toulouse a condamné Gérald à deux ans et demi de prison dont un an ferme. Il a été maintenu en détention. Il est interdit de manifester à Toulouse pendant un an et devra indemniser gendarmes et policiers.

Plusieurs autres Gilets jaunes ont été jugés cet après-midi en comparution immédiate. Porteurs de cailloux, de masques ou de cocktail molotov, ces hommes, aux casiers judiciaires souvent vierges, dont certains ont été repérés par l’hélicoptère, ont écopé de peines de plusieurs mois de prison ferme et ont été écroués.

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.