Ukraine : BOMBE DU PAPE QUI ACCUSE L’OTAN

Le pape admet que l’OTAN a probablement provoqué l’invasion de Poutine : « Aboyer aux portes de la Russie »

by Tyler Durden Tuesday, May 03, 2022 – 05:45 PM

Selon les agences de presse du Vatican, le pape François s’est dit prêt à rencontrer le président Vladimir Poutine à Moscou dans l’espoir de mettre un terme à la guerre en Ukraine. Il a déclaré dans une interview publiée mardi par le quotidien italien Corriere della Sera : « Je ne vais pas à Kiev pour le moment ; je sens que je ne dois pas y aller. Je dois d’abord aller à Moscou. Je dois d’abord rencontrer Poutine. Mais je suis aussi un prêtre, que puis-je faire ? Je fais ce que je peux. Si seulement Poutine pouvait ouvrir la porte… ».

Les critiques du leader catholique romain à l’égard des actions de la Russie en Ukraine ont été clairement exprimées tout au long de l’interview, mais les lignes les plus intéressantes et les plus surprenantes sont celles où il a abordé les racines de l’invasion et de la guerre qui ont commencé le 24 février. Il a déclaré au journal que « les aboiements de l’OTAN aux portes de la Russie » sont probablement ce qui a motivé Poutine à attaquer l’Ukraine.

During a wednesday audience last month the Pope kissed the ukrainian flag presented by refugees. Getty images (Lors de l’audience du mercredi dernier, le pape a embrassé le drapeau ukrainien présenté par les réfugiés. Getty images)

Voici la partie pertinente de l’interview, selon une traduction automatique de l’italien :

La préoccupation du Pape François est que Poutine, pour le moment, ne s'arrêtera pas. Il essaie également de réfléchir aux racines de ce comportement, aux raisons qui le poussent à une guerre aussi brutale. Peut-être que les "aboiements de l'OTAN à la porte de la Russie" ont incité le chef du Kremlin à mal réagir et à déclencher le conflit. "Je ne peux pas dire s'il a été provoqué, mais peut-être, oui".

Il est également intéressant de noter que François a failli condamner les transferts internationaux d’armes qui se déversent actuellement en Ukraine, menés par les États-Unis qui ont récemment autorisé une aide militaire sans précédent de plusieurs milliards au gouvernement ukrainien.

« Et maintenant, ceux qui se soucient de la paix sont confrontés à la grande question de la fourniture d’armes par les nations occidentales à la résistance ukrainienne », a commencé le pape par ses réflexions sur cette question. Il a admis que la question est controversée même au sein du monde catholique.

« Je ne peux pas répondre, je suis trop loin, à la question de savoir s’il est juste de fournir les Ukrainiens », a-t-il déclaré, avant de s’en prendre à l’industrie de l’armement. « Ce qui est clair, c’est que des armes sont testées dans ce pays. Les Russes savent maintenant que les chars sont peu utiles et pensent à autre chose. Les guerres sont menées pour cela : pour tester les armes que nous avons produites. « 

« C’était le cas lors de la guerre civile espagnole avant la Seconde Guerre mondiale. Le commerce des armes est un scandale, peu s’y opposent. » Il a ensuite invoqué le cas de la guerre saoudo-américaine contre le Yémen, qui dure depuis des années, décrivant qu' »il y a deux ou trois ans, un navire chargé d’armes est arrivé à Gênes, qui devait être transféré sur un grand cargo pour les transporter au Yémen. Les employés du port ne voulaient pas le faire. Ils ont dit : pensons aux enfants du Yémen. C’est une petite chose, mais un beau geste. Il devrait y en avoir tellement comme ça ».

Les propos du pape François ont déjà provoqué une réaction de colère chez certains clercs catholiques américains….

Sur la question de savoir à quelle vitesse la guerre pourrait se terminer, François a rappelé une rencontre avec le Premier ministre hongrois Viktor Orban au Vatican le 21 avril. Orban a raconté que Poutine lui avait fait part de son intention de mettre fin à la guerre d’ici le 9 mai, date de la commémoration du « Jour de la Victoire » en Russie.

« J’espère que c’est le cas, afin que nous comprenions aussi l’escalade de ces jours », a fait remarquer François. Il s’est dit inquiet de la propagation de la guerre à l’ensemble de l’Ukraine. « Parce que maintenant, ce n’est pas seulement le Donbass, c’est la Crimée, c’est Odessa, ça enlève à l’Ukraine le port de la mer Noire ». Il conclut sur ce point : « Je suis pessimiste mais nous devons faire tout ce qui est possible pour arrêter la guerre. » Il a également évoqué la possibilité que le patriarche Kyrill de l’Église orthodoxe russe tente d’intervenir auprès de Poutine, mais a rappelé que, lors d’un récent appel téléphonique, il avait averti le patriarche de ne pas être « l’enfant de chœur de Poutine ».

Lundi, le ministre des affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, s’est penché sur les spéculations internationales concernant la fin des opérations pour le 9 mai et a jeté de l’eau froide sur les rapports, déclarant : « Nos militaires n’ajusteront pas artificiellement leurs actions à une date quelconque, y compris le jour de la Victoire », et expliquant : « Le rythme de l’opération en Ukraine dépend avant tout de la nécessité de minimiser les risques pour la population civile et le personnel militaire russe. »


Le commentaire du pape selon lequel « l’OTAN aboie aux portes de la Russie » reflète également certains des arguments du célèbre professeur de l’Université de Chicago et analyste des relations internationales John Mearsheimer :

Source : Zero hedge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.