« Tu es patriote ? Rejoins-nous »

les signataires de la Tribune des Généraux défilent ce samedi à Paris pour défendre les fiertés françaises

Lire l’article de Valeurs Actuelles

Source : Place d’Armes

« Tu es patriote ? Rejoins-nous » : les signataires de la Tribune des Généraux défilent ce samedi à Paris pour défendre les fiertés françaises

Ce samedi 26 mars, près d’un millier d’anciens militaires et de civils défileront dans les rues de la capitale. Leur objectif : lancer un appel aux candidats à la présidentielle pour défendre l’honneur de la France.

Par La rédaction de Valeurs actuelles Publié le 25 mars 2022 à 21h31

Photo d’illustration © NICOLAS MESSYASZ/SIPA

« Nous n’avons pas de grands moyens, mais nous le faisons avec notre cœur et la force de nos idéaux. » Tribune des militaires, épisode 2. L’ancien capitaine de gendarmerie, Jean-Pierre Fabre-Bernadac, passe des mots aux actes. Après la lettre publiée dans Valeurs actuelles, en avril 2021, les membres du collectif « Place d’armes » s’invitent dans la course à la présidentielle. Dans un défilé, qui partira de la Place d’Italie, dans le 13e arrondissement de Paris, à 14 heures, plusieurs milliers d’anciens militaires, ainsi que des civils, sont attendus pour une « Marche des fiertés françaises ». « Nous avons été calomniés par le gouvernement d’Emmanuel Macron. Notre appel est resté sans réponse de sa part, se défend le président de « Place d’Armes ». Mon idée, c’est de dire qu’en cette période de présidentielle, nous appelons les candidats à se prononcer pour défendre les valeurs de la France. »

A LIRE  Tribune des généraux : chronique d’un procès en sorcellerie

Autour du collectif « Place d’armes », se retrouveront plusieurs associations en lien avec le monde des armées et des anciens combattants. Le cortège s’élancera avec des dizaines d’étendards tricolores à sa tête. Bérets, calots, képis, les ‘‘vétérans’’ sont appelés à revêtir leurs plus beaux atours. Tous pourront arborer sur leurs poitrines leurs décorations gagnées par le sang versé. « Ce côté solennel montre le respect de notre génération aux nouveaux engagés, insiste Jean-Pierre Fabre-Bernadac. Nous défilons pour montrer que l’armée est porteuse de valeurs et de traditions, et qu’elle est ce lien entre le pouvoir politique et nos concitoyens. Nous sommes le bouclier qui protège la République. »

La nation doit unir tous les Français. L’armée doit de nouveau faire partie de cette concorde. Il est fondamental que les politiques aient cet amour de la France.

Dans l’ordre de passage  : des combattants harkis, des blessés de guerre, des anciens militaires décorés, des veuves et des membres des forces de l’ordre en retraite. « C’est la première fois qu’un défilé militaire ne se rendra pas aux monuments aux morts, souligne Jean-Pierre Fabre-Bernadac. Nous défilons pour l’avenir de ces centaines de jeunes et futurs citoyens. ». Le rédacteur de la « Tribune des généraux » explique la « nécessité de cette démarche » par deux points essentiels. Parmi les axes qui ont mobilisé son initiative : le constat d’une France qui s’est départie de ses valeurs patriotiques et sociales, ainsi qu’une volonté de redonner un sens à l’appellation « mort pour la France ».

A LIRE Appel des généraux dans Valeurs actuelles : les coulisses de la tribune qui fait trembler la gauche

« Notre acte vise à faire bouger les choses dans ce pays. On est attaché à la citoyenneté. La nation, c’est ce qui doit unir tous les Français. L’armée doit de nouveau faire partie de cette concorde. Il est fondamental pour nous que la responsabilité des politiques soit d’avoir cet amour de son pays et d’avoir cette conscience d’être prêt à le protéger coûte que coûte. » L’ancien officier balaye à ce propos d’un revers de main toutes « les calomnies de la gauche pour qualifier notre action de factieuse ».

La « Marche des fiertés françaises » s’achèvera du côté de la Place Denfert-Rochereau, dans 14e arrondissement. Un podium sera installé face à la statue du Lion de Belfort, qui rend hommage au courage des soldats français de 1870, non loin du PC de commandant du résistant Rol-Tanguy durant la libération de Paris en 1944. « Nous serons face à l’histoire », ajoute Fabre-Bernadac. Plusieurs orateurs prendront la parole pour énoncer les dix propositions de « Places d’armes » à l’intention des candidats à l’élection présidentielle, comme la création d’une garde nationale, l’instauration d’une journée des vétérans ou l’obligation pour le président de la République d’avoir une expérience militaire préalable.

Parmi les intervenants, deux des généraux signataires de la tribune, André Coustou et Antoine Martinez, éphémère candidat à l’élection présidentielle. « Ils seront nos meilleurs porte-voix pour défendre notre action. Ils ont des convictions et cet amour de la France chevillé au corps », insiste l’instigateur de la tribune. Un invité de marque est aussi attendu : Charles Millon. L’ancien ministre de la Défense de Jacques Chirac prendra lui aussi la parole pour concilier la responsabilité de la parole politique et les enjeux de sécurité et de souveraineté. « Il y a au cœur de notre démarche le sens de la politique qui consiste à agir pour le bien de la cité. Nous appelons les candidats à avoir cette humanité dans l’engagement de la vie de nos soldats dans les opérations extérieures », insiste le chef de « Place d’armes ». Un appel au patriotisme qui se revendique « ni à droite, ni à gauche », selon son organisateur. Pour Jean-Pierre Fabre-Bernadac, une seule chose compte : « Tu es patriote ? Tu es prêt à tout pour ton pays ? Rejoins-nous. »

Source : Valeurs Actuelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.