Transparence des vaccins : pourquoi l’amélioration dépendante des anticorps (ADE) pourrait être une bombe à retardement

Tous les articles de Global Research  peuvent être lus en 27 langues en activant le  menu déroulant « Traduire le site Web » sur la bannière supérieure de notre page d’accueil (version Desktop).

***

Le professeur agrégé de sciences de la santé Adam MacNeil à l’Université Brock, au Canada, et son doctorante Jeremia Coish ont été parmi les premiers à mettre en garde, en juin dernier, contre les dangers de ne pas examiner très attentivement la possibilité que les vaccins puissent déclencher une amélioration dépendante des anticorps (ADE) de maladie. Cela pourrait signifier que les personnes vaccinées pourraient, paradoxalement, souffrir d’une maladie plus grave lorsqu’elles sont exposées au virus sauvage que si elles n’avaient pas été vaccinées.

Dans leur article bien intitulé, « Hors de la poêle à frire et dans le feu ? Diligence raisonnable garantie pour l’ADE dans le COVID-19 », publié dans la revue Microbes and Infection en juin 2020, ils font valoir que l’ADE est bien connu pour être un risque d’infections à médiation par les coronavirus, ainsi que de dengue . Pour ceux qui ne sont pas encore familiers avec l’ADE, c’est la réponse immunitaire paradoxale qui rend une personne qui a été précédemment exposée à la maladie, ou à un vaccin la ciblant, plus – pas moins – sensible au cas où elle serait infectée par la suite.

Procéder avec prudence

Apparemment, contrecarrant ce point de vue, en août 2020, l’épidémiologiste virale Leah Katzelnick PhD , spécialiste de la dengue et du zika maintenant à l’emploi de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) dirigé par le Dr Tony Fauci. Avec le co-auteur Scott Halstead, le Dr Katzelnick a fait valoir que l’ ADE ne devrait pas être à craindre. Katzelnick et Halstead ont proposé que les différences fondamentales entre l’infection par le SRAS-CoV-2 qui peut causer le covid-19 et d’autres maladies, pour lesquelles l’ADE a été démontré, signifiaient que l’ADE serait hautement improbable. Ils ont étayé leurs arguments par des preuves de cas d’EIM intrinsèques classiques, notamment de péritonite infectieuse (PIF), une infection à coronavirus chez le chat, ainsi que du virus respiratoire syncytial (VRS), de la dengue et du SRAS – suggérant des différences significatives dans la pathologie, l’épidémiologie et les réponses immunitaires impliquées dans ces maladies par rapport à l’infection par le covid et le SRAS-CoV-2.

Les lecteurs attentifs de l’article de Halstead et Katzelnick noteront que si les auteurs rejettent largement le risque d’EIM, ils identifient très clairement un risque d’hypersensibilité au vaccin (ou VAH), une hyperréaction immunologique étroitement liée qui a été identifiée pour la première fois à la fin des années 1960 lorsque les enfants développé une rougeole atypique après la vaccination antirougeoleuse. Beaucoup de ceux qui ont utilisé l’article pour écarter les risques d’EMA n’ont peut-être lu que le titre et le résumé et n’ont pas compris que Katzelnick et Halstead n’écartent que l’ADE intrinsèque ou l’iADE (c’est-à-dire le risque d’amélioration de la maladie en cas de réinfection en l’absence de vaccination) . Ils n’ont peut-être pas non plus lu le sombre avertissement dans la dernière phrase du journal : « Compte tenu de l’ampleur du répertoire des problèmes liés au COVID-19 et de la nécessité d’un vaccin efficace, toute la force des ressources d’enquête mondiales devrait être consacrée à élucider la pathogenèse de la VAH . »Les personnes vaccinées seront-elles plus vulnérables aux variantes ?

Il n’y a pas grand-chose à suggérer que cet avis ait été pris en compte, à part le fait que des milliers de volontaires ont été soumis à des essais de phase 3 et qu’il n’y a eu aucune preuve de pics de réactions plus graves chez les personnes vaccinées avec le vrai, par opposition à au placebo.

Herbert Virgin, Ann Arvin et leurs collègues, écrivant dans Nature , l’une des revues les plus influentes au monde, ont lancé un appel à la prudence assez similaire en juillet. Ces auteurs discutent des grandes difficultés à identifier l’incidence et la fréquence des EIM (et VAH) et suggèrent que « … il sera essentiel de dépendre d’une analyse minutieuse de la sécurité chez l’homme à mesure que les interventions immunitaires pour COVID-19 avancent ».

La transparence est la clé

Cela nécessite une transparence totale des données de surveillance afin que les cas d’infection et de réinfection post-vaccination puissent être corrélés aux réactions sévères après infection ou vaccination. Cela demande aussi du temps – beaucoup plus de temps que nous n’en avons eu jusqu’à présent.

À l’heure actuelle, les données publiées par le VAERS aux États-Unis et la MHRA au Royaume-Uni sont loin de nous dire quoi que ce soit sur le risque d’ADE ou de VAH. En fait, il devra y avoir beaucoup plus de réinfections avant que nous ne sachions de manière concluante d’une manière ou d’une autre. Et serons-nous en mesure de savoir s’il y a de véritables problèmes avec l’ADE ou la VAH, ou les autorités parviendront-elles à le garder sous contrôle en ne les communiquant tout simplement pas étant donné que de nombreuses réactions seront considérablement retardées après la vaccination ?

Timothy Cardozo de l’Université de New York et Ronald Veazy de l’Université de Tulane sont allés plus loin dans leur article dans l’ International Journal of Clinical Practice publié en octobre, alors que les essais de phase 3 pour les vaccins de pointe contre le covid battaient leur plein. Ils ont fait valoir non seulement que les risques d’ADE induits par le vaccin (c.

Dans leur discussion sur le SRAS-CoV-2, ils expliquent comment de très petits changements, tels que des changements dans la conformité (forme) de sa protéine de pointe à la fois avant et après la fusion avec les cellules hôtes, via les récepteurs ACE2, pourraient avoir un impact sur ceux qui ont été vaccinés. . Plusieurs mois plus tard, avec l’émergence de preuves que certaines variantes sont capables d’échapper à la réponse immunitaire qui a été formée pour offrir une protection contre les variantes originales de Wuhan, il y a lieu de s’inquiéter encore plus. Ce risque ne peut pas non plus être écarté sur la base des résultats des essais de phase 3.

Ce que les Drs Cardozo et Veazy suggèrent également est un autre point qui nous préoccupe depuis longtemps. Cela est lié au fait que les sujets des essais – sans parler des membres du public qui font maintenant la queue pour les vaccins contre le covid – ne sont tout simplement pas informés de ces risques potentiels et de la nature retardée des réactions possibles ADE/VAH. Qu’en est-il des vaccinés qui tombent malades plusieurs mois après avoir été vaccinés, souffrant de la panoplie classique des symptômes associés à de nombreuses maladies respiratoires (dont le covid), comme la fièvre, les frissons, la toux, l’essoufflement, les maux de tête, la fatigue, etc. Sauront-ils que ces symptômes pourraient être liés à une maladie covid améliorée médiée par la vaccination qui leur a été administrée des mois auparavant, quelque chose qui ne leur est pas venu à l’esprit car ils pensaient que le vaccin leur offrait une protection contre le covid ?

Cardozo et Veazy montrent ensuite comment les formulaires de consentement éclairé pour les sujets volontaires dans les essais vaccinaux ne répondent pas aux normes éthiques requises pour un consentement éclairé. Bien que l’ADE soit mentionné, il est généralement ajouté à la fin de la liste des risques possibles et ses implications et son identification sont peu susceptibles d’être correctement comprises par le public profane.

Avec une coche dans la case et le sentiment des régulateurs et des fabricants de vaccins qu’ils ont réussi à surmonter l’obstacle des risques d’ADE/VAH, il n’y a eu aucune autre discussion sur la question. La grande majorité des pré-vaccins faisant la queue dans le cadre du déploiement mondial de la vaccination de masse n’ont tout simplement aucune idée du risque – parce qu’on ne le leur dit pas.

L’ADE pourrait-elle être une bombe à retardement ?

La non-divulgation dans le cadre du processus de consentement éclairé constitue-t-elle non seulement une violation de l’éthique médicale, mais également une violation de la loi ? À notre avis, c’est très probable et si des preuves devaient s’accumuler à l’avenir, ce sera quelque chose avec lequel les tribunaux devront se débattre.

À l’heure actuelle, il n’y a aucune preuve d’un signal ADE/VAH significatif – mais il est trop tôt pour le dire et de nombreux cas auraient pu passer inaperçus.

Est-il possible que certains cas de « long covid » soient une forme d’ADE ? C’est une possibilité que nous avons envisagée. En règle générale, les personnes qui souffrent d’une longue covid ne sont pas aussi positives aux tests d’écouvillonnage nasopharyngés. Mais dans les infections systémiques profondes, la muqueuse peut ne présenter aucun signe de multiplication virale, alors que l’infection peut devenir systémique dans certains tissus et s’aggraver. Cette possibilité ne peut pas être facilement écartée.

Le problème pourrait-il s’aggraver avec les nouvelles variantes du SARS-CoV-2 ? Oui, comme expliqué ci-dessus.

Ce que tu peux faire

  1. Toute personne qui décide de se faire vacciner doit s’informer du risque d’EIM et de VAH, où il pourrait y avoir un délai considérable entre la vaccination et l’apparition de symptômes de la maladie qui peuvent être plus graves que ceux qui se produiraient sans le vaccin.
  2. Informez ceux que vous connaissez qui envisagent ou envisagent de se faire vacciner contre le covid de ce risque. Lisez et partagez notre article « Consentement éclairé – ce droit fondamental est-il respecté ? »
  3. Partagez largement cet article.

*

Note aux lecteurs : veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Transférez cet article à vos listes de diffusion. Crosspost sur votre site de blog, forums internet. etc.

L’image en vedette provient de l’Alliance pour la santé naturelle

Source : Global Research

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.