Trafic de stupéfiants : le coup de pied des gendarmes dans la fourmilière

D'importants moyens ont été mis en place par les gendarmes (ici le PSPG de Golfech devant la porte d'une «cible») mardi matin pour réaliser la douzaine d'interpellations décidées dans le cadre d'une commission rogatoire visant un trafic de stupéfiants./Photo DDM

D’importants moyens ont été mis en place par les gendarmes (ici le PSPG de Golfech devant la porte d’une «cible») mardi matin pour réaliser la douzaine d’interpellations décidées dans le cadre d’une commission rogatoire visant un trafic de stupéfiants./Photo DDM

Un coup de pied dans la fourmilière ? Le terme est particulièrement opportun dans la mesure où l’on évoque couramment «les fourmis» constituant ces petits trafics de stupéfiants , cannabis notamment, sur un secteur donné, généralement constitués de petites mains écoulant au détail, des quantités limitées. Mais les petites rivières font les grands fleuves. Mises bout à bout, ces petites transactions finissent par constituer un trafic conséquent.

Mardi matin aux aurores, les services de gendarmerie de Tarn-et-Garonne agissant sur commission rogatoire de la juge montalbanaise Anne Kinoo ont effectivement bousculé le «train-train» d’un réseau prospérant dans plusieurs communes de l’est montalbanais notamment. C’est en tout cas sur ces territoires (et dans le secteur de Castelsarrasin) mardi matin qu’une soixantaine de militaires du PSPG de Golfech, des pelotons de surveillance et d’intervention (Psig) de Montauban, Castelsarrasin et Toulouse et de brigade des recherches (BR) de Montauban est entrée en action.

Selon nos informations, une douzaine de cibles avaient été préalablement déterminées par les forces de l’ordre et le magistrat instructeur.

Argent, stupéfiants, armes…

Toutes auraient été atteintes provoquant autant de gardes à vue menées dans différentes brigades du secteur et au sein

Les perquisitions conduites simultanément à ces interpellations auraient également permis de découvrir une somme d’argent en espèces de plusieurs milliers d’euros ainsi que près de deux kilos de produits stupéfiants. Des véhicules et des armes ont également été saisis.

Du côté des forces de gendarmerie où l’on se montrait très discret sur les tenants et les aboutissants de cette opération effectivement placée sous l’autorité d’un magistrat, on savourait néanmoins la qualité du travail réalisé avec le sentiment d’avoir porté un coup sévère à l’organisation d’un réseau bien installé.

Incarcérations et contrôles judiciaires

Sur les 12 gardés à vue, six ont néanmoins été relâchés à l’issue de leur audition, les autres se voyant prolonger leur retenue pour être présentés au magistrat instructeur à Montauban. Cette présentation programmée hier en fin d’après midi au palais de justice de Montauban a notamment débouché sur deux incarcérations et trois placements sous contrôle judiciaire. Un dernier suspect était encore hier soir devant le juge des libertés et de la détention chargé de statuer sur une éventuelle incarcération.

Cette opération de gendarmerie inscrite dans le cadre d’une vaste enquête pourrait connaître d’autres prolongements dans les jours à venir.

 

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.