Suicide d’un gendarme : l’IGGN est arrivée hier

Gendarmerie de Saint-Amand - estelle bardelot

L’enquête sur les raisons qui ont pu pousser le lieutenant de gendarmerie de trente ans à se suicider devrait débuter aujourd’hui.

L’inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN), chargée de cette enquête par le parquet de Bourges, est arrivée dans le Cher hier soir. Les premières auditions devraient être prises dès ce matin.

Analyser la lettre

Cette enquête est la conséquence de la plainte de la famille du jeune officier pour harcèlement moral. Ces gendarmes spécialisés dans les enquêtes sur la gendarmerie devront notamment analyser la lettre laissée par Grégory Girard, commandant de la communauté de brigades de Saint-Amand-Montrond qui s’est tiré une balle dans la tête avec son arme de service, dans son bureau et en uniforme, le 1er novembre.

L’enquête ne sera pas facile. Le contexte professionnel est-il la seule raison de ce geste ? Par ailleurs, le commandement des deux capitaines en charge de la compagnie saint-amandoise est-il un harcèlement moral au sens de la loi ou a-t-il été ressenti ainsi par la victime ?

Les auditions des hommes et de ses collègues officiers permettront aux enquêteurs d’en savoir plus.

G.J

Source : Le Berry.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.