Souvenir éternel

Un hommage d’Erwan Castel à une reporter de guerre décédée voici un an, accompagné de la belle chanson « où vont les fleurs du temps qui passe » par Marlène Dietrich.

Katerina Katina près de Sakhanka – photo Kristina Melnikova

Une année déjà que Katya nous quittait, terrassée par une hémorragie cérébrale, laissant pantois celles et ceux qui connaissaient cette infatigable « rousse à la caméra » qui depuis 2014 sillonnait les chemins de la guerre témoignant mais aussi réconfortant par son sourire, son courage et son entrain les volontaires accrochés à leurs tranchées.

Katya n’était pas seulement belle, elle était une de ces personnes trop rares avec cette lumière intérieure, cette intelligence de coeur, cette humilité et cette grandeur d’âme qui seules donnent à la vie un sens sacré. 

Pour beaucoup Katya incarnait à la fois la douceur et le courage, la générosité et la fierté, la résilience et la résistance de ce Donbass russe éternel, mais aussi cette image de la Femme dont Victor Hugo disait qu’ « elle a une puissance singulière qui se compose de la réalité de la force et de l’apparence de la faiblesse. ».

Sa disparition laisse un vide dans les coeurs de ceux qui l’ont côtoyé mais aussi une force dans leurs esprits car nous sommes les gardiens de ce feu intérieur qui l’animait et dont elle savait partager l’éclat lumineux au milieu des sombres éclats d’acier.

Mais devant la médiocrité de mes mots cherchant en vain à lui rendre rendre hommage, et en regardant les coquelicots s’incliner devant elle sous le soleil de sa steppe natale, je préfère partager cette magnifique chanson de Marlène Dietrich sur le temps qui passe et cette tragédie qu’est la guerre…

Erwan Castel

Où vont les fleurs 

Marlene Dietrich

Qui peut dire où vont les fleurs du temps qui passe?

Qui peut dire où sont les fleurs du temps passé?

Quand à la saison jolie, les jeunes filles les ont cueillies,

Quand saurons-nous un jour,

Quand saurons-nous un jour?

Qui peut dire où vont les filles du temps qui passe?

Qui peut dire où sont les filles du temps passé?

Quand va le temps des chansons, se sont données aux garçons,

Quand saurons-nous un jour,

Quand saurons-nous un jour?

Mais où vont tous les garçons du temps qui passe?

Mais où sont les garçons du temps passé?

Lorsque le tambour roula, se sont faits petits soldats,

Quand saurons-nous un jour,

Quand saurons-nous un jour?

Mais où vont tous les soldats du temps qui passe?

Mais où sont tous les soldats du temps passé?

Sont tombés dans les combats, et couchés dessous leur proie,

Quand saurons-nous un jour,

Quand saurons-nous un jour?

Il est fait de tant de croix, le temps qui passe,

Il est fait de tant de croix, le temps passé,

Pauvres tombes de l’oubli, les fleurs les ont envahies,

Quand saurons-nous un jour,

Quand saurons-nous un jour?

Qui peut dire où vont les fleurs du temps qui passe?

Qui peut dire où sont les fleurs du temps passé?

Quand à la saison jolie, les jeunes filles les ont cueillies,

Quand saurons-nous un jour,

Quand saurons-nous… jamais?

Publié par Erwan Castel à 7/09/2022 08:59:00 AM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.