Sophie Lionnet tuée par un cable électrique ? Son véritable meurtrier avoue tout

vignette-focus

On pensait que le meurtrier de Sophie Lionnet, la jeune fille au pair assassinée près de Londres l’été dernier, n’était autre que Ouissem Medouni. “Faux”. Le véritable auteur vient de tout révéler. Jusqu’aux détails les plus sordides…

Meurtre de Sophie Lionnet : un nouveau coupable ?

Le 20 septembre 2017, les pompiers retrouvaient le corps carbonisé de Sophie Lionnet dans le jardin de Sabrina Kouider et de Ouissem Medouni, ce couple de Français installés dans la banlieue sud de Londres pour lequel elle travaillait depuis plusieurs mois en qualité de jeune fille au pair. La veille, elle avait perdu la vie suite à un interrogatoire musclé mené par le couple. Jusqu’à présent, tous les regards étaient tournés vers Ouissem Medouni. Lequel avait concédé avoir brûlé la dépouille de Sophie. Mais ce vendredi 27 avril à Londres, lors du procès, un nouvel aveu est venu tout bouleverser.

Meurtre de Sophie Lionnet : qui l’a assassinée et comment ?

En fin de compte, ce serait bien Sabrina Kouider – qui accusait son compagnon au départ – qui aurait porté le coup fatal. Hier, devant le tribunal, elle aurait avoué, en pleurant, relaie France Info, avoir frappé “très fort” Sophie Lionnet au moyen d’un câble électrique. Pour quelle raison ? Parce qu’elle et son mari étaient visiblement persuadés que la jeune femme âgée de 21 ans originaire de Troyes dans l’Aube se révélait complice de Mark Walton (un ex-compagnon de Sabrina Kouider et membre fondateur du boys band Boyzone). Selon le couple, Mark Walton aurait, grâce au soutien de Sophie Lionnet, abusé sexuellement des membres de leur famille.

Meurtre de Sophie Lionnet : un cable électrique pour la faire parler

Durant l’audience vendredi 27 avril, Sabrina Kouider, 35 ans, a précisé avoir frappé la jeune Sophie sur les bras, les jambes au moyen d’un câble électrique au motif qu’elle se sentait “trahie” par cette dernière. Un interrogatoire musclé qui, a priori, s’inscrit dans la continuité d’autres séances que le couple enregistrait afin de prouver leurs accusations.

Selon les derniers éléments, Sophie Lionnet serait morte à la suite de l’un de ces interrogatoires mené, dans la nuit du 18 au 19 septembre 2017, par Sabrina Kouider.

Cette dernière, en allant se coucher, avait, ensuite prévenu son compagnon pour lui montrer la victime inanimée dans la salle de bains. Elle lui aurait, à ce moment, répété la chose suivante : “Qu’est-ce que j’ai fait ?”.

Source : Planet.fr

Note de la rédaction de Profession-Gendarme :

Le 24 mars 2018 nous avions déjà publié sur cette affaire sous le titre : Le calvaire de Sophie Lionnet, jeune fille au pair française, devant la justice à Londres

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *