Sombre mois de décembre en Gendarmerie

Militaire de la Gendarmerie à la retraite depuis peu, je suis un peu étonné de voir que personne ne s’intéresse au noir mois de décembre que notre institution vient de passer : 6 suicides, du jamais vu.

– Le 1er décembre, le major, commandant la brigade de Crepy en Valois (60), s’est donné la mort à son domicile avec son arme de service.

– Le 5 décembre, le major, commandant la brigade de proximité de Pontvallain (72) s’est donné la mort dans son bureau, avec son arme de service.

– Le 20 décembre, le corps de Patrice RZEPCZYK, gendarme à Colombey-les-deux-Eglises (52) a été retrouvé dans un bois à quelques kilomètres de son unité. Il avait mis fin à ses jours avec son arme de service.

– Le 27 décembre, l’adjudant de l’escadron 24/2 de Bayonne s’est isolé dans une voiture pour mettre fin à ses jours avec son arme de service.

– Le 30 décembre, un gendarme s’est suicidé avec son pistolet Sig-Sauer 9 mm vers 2h30, de retour de patrouille, en bas de son logement à la caserne de L’Ile-Rousse (Corse).

– Le 31 décembre, l’adjudant Augustin Ochando, du peloton d’autoroute de Montereau (77) se suicide par pendaison.

Le suicide d’un Officier début novembre à la communauté de Brigade de Saint-Amand-Montrond avait succité une vive polémique sur des problèmes de harcèlement de la part de sa hiérarchie. Ces suicides doivent-ils rester dans l’indifférence la plus complète ? Une semaine est passée et rien. Le silence, la sinistre ignorance. La succession de telles catastrophes professionnelles et personnelles dans n’importe quel corps de l’Etat, ou dans n’importe quelle entreprise importante aurait au moins attiré l’attention de la presse nationale ou ému une partie de la population. Entendre de la part des politiques que le pourcentage des suicides en Gendarmerie n’est pas plus élevé que les autres années c’est que tout va bien. Lien ci dessous http://lagrognegend.blogspot.fr/201… Apparemment, il est plus important de parler du conflit qui oppose Manuel Valls à Dieudonné pour une histoire de “quenelle” ou de nous répéter inlassablement que la courbe du chômage est en baisse ou en hausse alors que l’on sait pertinemment qu’il n’y aura pas de changement. Les usines continueront à fermer pour être délocalisées dans des pays où la main d’œuvre ne coute rien. Aujourd’hui, le gendarme se sent délaissé. D’un côté, on ne lui donne plus les moyens de faire son travail, de l’autre il doit subir la pression du commandement qui demande de plus en plus de résultat. A ça s’ajoute, pour beaucoup, des problèmes d’ordres familiaux et autres. Nos politiques se voilent la face !!!! Nous avons, militaires et civils du privé comme du public, des gens de plus en plus tyranniques. Moins de personnels, de plus en plus de missions, vie de famille inexistante. L’arme de service reste pour certain le dernier allié…

Source : Agoravox

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *