Six policiers de la BAC soupçonnés d’être « ripoux » jugés pour racket, corruption, trafic…

Six agents de la Brigade anticriminalité (BAC) du XVIIIe arrondissement comparaissent à partir de ce mercredi 3 février à Paris, notamment pour corruption, trafic et faux PV, aux côtés de deux informateurs.

Capture d’écran 2021-02-03 à 17.37.22

L’affaire hors norme a secoué la police parisienne. Six fonctionnaires de la brigade anticriminalité (BAC) du XVIIIe arrondissement sont jugés à partir de ce mercredi. Soupçonnés d’avoir racketté des dealers, falsifié des procès-verbaux, de violences volontaires… Ils comparaissent aux côtés de deux « informateurs ».

Le principal prévenu Karim M., en détention provisoire depuis juin 2019, est un brigadier de 47 ans. Surnommé « Bylka » (Kabyle en verlan) dans le quartier de la Goutte-d’Or, il est renvoyé devant le tribunal correctionnel pour corruption, trafic de stupéfiants, blanchiment, faux en écriture publique, etc.

Tout est parti d’un signalement d’un ancien collègue en 2018. Ce dernier explique à l’IGPN, la police des polices, que Karim M. prend des « enveloppes » aux dealers pour monnayer sa protection. Et l’accuse d’être partie prenante du trafic : « Bylka s’entend avec eux pour interpeller la concurrence. »

Neuf téléphones portables, aucun paiement par carte

Le prévenu aurait touché des dizaines de milliers d’euros entre 2014 et 2019. Les investigations ont montré qu’il possédait neuf portables, ne payait jamais par carte, n’a retiré aucune espèce pendant quatre ans, ou encore qu’il gérait de fait un hôtel et un bar.

Il « conteste formellement tout acte de corruption ou de complicité de trafic de stupéfiants », souligne son avocat. Durant l’enquête, le fonctionnaire a dénoncé des « rumeurs de corruption lancées par les trafiquants de drogue pour lui nuire ».

Sur la base d’écoutes faites avec des micros dans les voitures des « baqueux », d’autres agents, suspendus de leurs fonctions, sont soupçonnés notamment de faux, transport de stupéfiants et violences. Le procès doit s’achever le 12 février.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.