SAINTE-ROSE Trois gendarmes blessés par des tirs d’arme de chasse

Les gendarmes sont tombés dans ce qui ressemble à un guet-apens, hier soir, à Viard. Ils se sont fait tirer dessus et trois d’entre eux ont été blessés. Hier soir, le ou les tireurs étaient recherchés. Un important dispositif était déployé sur le secteur, avec l’appui de l’hélicoptère.

Vers 21 heures hier, la préfète Marcelle Pierrot, accompagnée de son directeur de cabinet, Nicolas Martrenchard, était en route pour Viard/Sainte-Rose, où trois gendarmes avaient été blessés par arme à feu dans la soirée.
A priori, leurs jours n’étaient pas en danger. Ils étaient conscients lorsqu’ils ont été pris en charge par les pompiers, appelés vers 19 h 15. Les militaires ont essuyé des tirs d’arme de chasse et ils ont reçu des plombs. Les trois gendarmes ont été atteints aux jambes. Et un a, en plus, été touché dans le bas du dos.
Hier soir, le procureur de la République à Pointe-à-Pitre, Guy Étienne, « n’avait pas d’explication pour des faits aussi graves » . Lui aussi se rendait à Viard pour qu’on lui rende compte de la situation. Il a confié l’enquête à la section de recherches de la gendarmerie. À première vue, il se pourrait que les gendarmes soient tombés dans un guet-apens.
UN GUET-APENS ?
Ils ont reçu un appel au 17 dans la soirée, signalant des coups de feu à Viard. Arrivée sur place, les gendarmes de Sainte-Rose se sont fait caillasser. De retour à la brigade, les militaires recevaient un second appel. Ils sont repartis à Viard, mais avec des effectifs plus conséquents. Alors qu’ils se déployaient, ils ont essuyé des coups de feu. Trois d’entre eux ont été blessés. Si les gendarmes sont effectivement tombés dans un guet-apens, les faits seraient alors qualifiés de tentative d’assassinat.
Combien y avait-il de tireurs ? Ce n’était pas encore très clair hier soir. D’après le colonel Richard Caminade, commandant en second la gendarmerie de Guadeloupe, il pourrait n’y avoir qu’un seul tireur. Le procureur Guy Étienne évoquait, lui, la possibilité qu’ils étaient plusieurs.
À l’heure où nous bouclions notre édition, hier, des recherches étaient menées pour retrouver le ou les auteurs de ces tirs. Un important dispositif était déployé sur le secteur avec le renfort du Groupe de pelotons d’intervention (GPI). Une soixantaine de militaires étaient sur le terrain avec le renfort de l’hélicoptère de la section aérienne de la gendarmerie.
Que se passe-t-il à Sainte-Rose ?
Ces derniers jours, la commune a beaucoup fait parler d’elle. Il y a d’abord eu les barrages routiers érigés à La Boucan par le collectif de défense mobile. Puis, des commerces cambriolés et vandalisés, toujours à La Boucan, dans la nuit de lundi à mardi. Et hier soir les gendarmes qui se sont fait tirer dessus à Viard. Que se passe-t-il à Sainte-Rose ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.