Saint-Laurent-de-Neste. Menace de fermeture de la gendarmerie ?

Un rassemblement à l’initiative du comité de défense de la gendarmerie de Saint-Laurent./Photo A M.

Le collectif de défense de la gendarmerie de Saint-Laurent-de-Neste, tout nouvellement créé, redoute une fermeture de la gendarmerie.

Hier, en fin d’après-midi, ils étaient une vingtaine à manifester leurs inquiétudes devant la gendarmerie de Saint-Laurent-de-Neste. Car selon Nicolas Coll, qui s’exprime au nom du comité de défense de la gendarmerie de Saint-Laurent-de-Neste tout nouvellement créé, qui a organisé ce rassemblement : «Des signes inquiétants laissent présager que la fermeture de la brigade de Saint-Laurent est envisageable. Comme le non-remplacement d’un gendarme muté à Tarbes, ou encore le départ annoncé d’un autre sous d’autres cieux». Et le responsable d’ajouter : «Nous craignons qu’un regroupement des effectifs de Saint-Laurent à Lannemezan ne soit en prévision. Nous avons déjà vécu la fermeture de la gendarmerie de Hèches, nous ne voulons pas que cela se reproduise à Saint-Laurent». Et de préciser : « Imaginez-vous, lorsqu’il y aura une intervention urgente sur Saint-Laurent et que cela sera soit la brigade de Lannemezan, soit celle de Loures-Barousse de permanence, quel sera le délai pour que les gendarmes arrivent sur place ? Nous sommes dans une région rurale avec une population vieillissante. Il en va de la sécurité de nos concitoyens, dans une période où la délinquance augmente. Il faut absolument que la brigade soit confortée sur place, à Saint-Laurent-de-Neste. Aujourd’hui, les gendarmes travaillent à 5 et demain, peut-être à 4. Nous allons être très vigilants et attentifs».


Le chiffre : 6

Gendarmes > à l’effectif de Saint-Laurent. Qui, selon la sénatrice, ne sera pas touché.


Josette Durrieu : Aucune menace

Interrogée par nos soins, la sénatrice Josette Durrieu est catégorique : «On ne touchera ni aux moyens ni aux effectifs de la brigade de Saint-Laurent. Je suis, au Sénat, vice-présidente de la commission des affaires étrangères et de la défense. Les gendarmes sont des militaires, j’ai donc les informations à la source. Les demandes de mutations pour raisons familiales peuvent expliquer les choses. J’assure les gendarmes et la population de toute ma vigilance».

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.