Retrouvé mort dans la Sèvre : accident ou suicide ?

Après que l'alerte a été donnée vers 17 h 10, les pompiers et les gendarmes locaux ont investi et bouclé les lieux. - Après que l'alerte a été donnée vers 17 h 10, les pompiers et les gendarmes locaux ont investi et bouclé les lieux.

Après que l’alerte a été donnée vers 17 h 10, les pompiers et les gendarmes locaux ont investi et bouclé les lieux.

La Mothe-Saint-Héray. Le corps sans vie d’un quadragénaire a été découvert dans la Sèvre niortaise, hier un peu après 17 h, juste derrière son domicile.

C’est le voisin de palier de la victime qui a fait la macabre découverte hier un peu après 17 h dans le bourg de La Mothe-Saint-Héray : en revenant d’un enterrement, Michel Rousseau a trouvé le corps sans vie d’un quadragénaire en partie immergé dans la Sèvre niortaise, derrière la grande propriété érigée au n° 24 de la rue du Moulin-Blanc où ils résident, l’ancienne gendarmerie communale réhabilitée il y a fort longtemps en sept logements locatifs par l’office HLM de Melle.
« Je venais voir dans mon jardin où en était la montée des eaux après les intempéries du jour, témoigne cet octogénaire. Et qu’est-ce que je vois dans la Sèvre, près du lavoir, à environ une dizaine de mètres ? Des baskets, puis des jambes Ça m’a vraiment remué. »

Une autopsie à Poitiers

D’autres habitants de cette bâtisse d’un étage sont prévenus. Les sapeurs-pompiers, dont des plongeurs, et les gendarmes de la communauté de brigades de Saint-Maixent-l’École sont à leur tour alertés. L’accès aux lieux est alors bloqué. En voyant le corps, présentant notamment des traces au niveau du nez, le médecin du Samu 79 émet un obstacle médico-légal à l’inhumation.
Selon les tout premiers éléments de l’enquête, le quadragénaire, vu pour la dernière fois par Michel Rousseau la veille vers 13 h, serait tombé accidentellement dans la Sèvre niortaise ou aurait mis fin à ses jours en y plongeant. « La piste criminelle est d’ores et déjà écartée », confirmait le capitaine Jean-Michel Lucas, adjoint au commandant de la compagnie de gendarmerie de Niort. Aucun désordre n’a été relevé dans l’appartement du défunt, qui se trouve au rez-de-chaussée.

“ Ça m’a vraiment remué ”

Nicolas Leclainche, le substitut du procureur de la République de Niort, a ajouté qu’une autopsie devait être pratiquée à l’institut médico-légal de Poitiers pour déterminer les circonstances du décès. Selon Philippe Blanchet, le premier adjoint au maire qui s’est rendu sur les lieux du drame, elle devrait être réalisée vendredi.
La victime était père de deux jeunes filles. Avant de s’installer à La Mothe-Saint-Héray il y a environ deux ans, ce demandeur d’emploi vivait dans la commune de Souvigné avec son ex-épouse.

Source : La Nouvelle République

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *