Réseau démantelé : les gendarmes décortiquent les véhicules saisis

Les experts de l’unité plateau “investigation véhicule” du PJGN sont spécialisés dans la détection de véhicules maquillés et volés.

Les experts de l’unité plateau “investigation véhicule” du PJGN sont spécialisés dans la détection de véhicules maquillés et volés.

Après l’opération d’interpellations menée mardi matin par plus de 400 gendarmes sur dix départements (nos précédentes éditions), les auditions des suspects se poursuivent.

Placés en garde à vue depuis plus de 48 heures pour “vols et recel en bande organisée” et “association de malfaiteurs” par les gendarmes de la brigade de recherches de Romans, tous sont suspectés d’appartenir à un réseau spécialisé dans les cambriolages de domaines viticoles et le trafic de voitures.

Alors que les enquêteurs romanais multiplient les auditions, vérifications et recoupements pour déterminer l’implication de chacun et le nombre précis de victimes, des experts de la gendarmerie traquent, quant à eux, le moindre indice.

Au cœur de cette importante enquête, les experts du Pôle judiciaire de la gendarmerie nationale (PJGN) venus de Pontoise (Val-d’Oise) sont mobilisés depuis plusieurs jours dans la Drôme.

Ces techniciens et enquêteurs de l’unité plateau “investigation véhicule” du PJGN sont spécialisés dans la détection des véhicules maquillés et volés. Ils vont inspecter plus de 30 véhicules saisis. D’un camion-grue à une puissante Mercedes, en passant par des utilitaires.

Ces experts, qui interviennent sur toute la France et en Europe, peuvent identifier et tracer les “morceaux” de voitures assemblés pour composer un même véhicule trafiqué.

Aussi, alors que des bijoux, des montres de luxe, des armes et de l’argent liquide ont été saisis, les enquêteurs du Groupe d’intervention régional (GIR) de Lyon poursuivent leurs investigations afin d’évaluer les avoirs criminels.

Cinq personnes mises en examen, une dizaine toujours en garde à vue

Hier soir, à l’issue de leur garde à vue, cinq personnes ont été déférées au juge d’instruction valentinois en charge du dossier.

Toutes ont été mises en examen pour “vols et recel en bande organisée” et “association de malfaiteurs”. Quatre ont été placées sous contrôle judiciaire et une a été placée en détention provisoire.

Une dizaine d’autres suspects sont toujours en garde à vue. Tous pourraient être, à leur tour ce vendredi, présentés au juge.

Source : Le Dauphiné

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.