Rébellion et outrage : sursis et interdiction de séjour – Orbec

« Vous n’êtes plus devant une justice de gamins. Vous êtes grand maintenant ! » Le procureur Pamart n’a goûté ni l’attitude à la barre ni les infractions commises par un homme de 19 ans, déjà condamné trois fois comme mineur pour outrages, rebellions et vols. Cette fois, il comparaissait jeudi en correctionnelle, dans deux dossiers, pour des faits commis à Orbec le 15 août et le 5 septembre 2013. Le 15 août, il est surpris par le chef de brigade de gendarmerie à rouler à vive allure dans Orbec avant de stationner sur un passage piéton. L’officier le contrôle.

L’homme refuse de donner ses papiers : « Vous n’êtes bons qu’à ça ! » lance t-il à l’officier de gendarmerie, puis profère des insultes : « Abruti, je vais te retrouver ! » Le gendarme lui aurait ensuite « manqué de respect » en jetant les papiers dans le coffre de sa voiture.

La confrontation s’envenime et un homme s’interpose en faisant une clé de bras au gendarme. « Il outrepassait ses fonctions, justifie celui pour qui le gendarme n’a pas gardé son sang-froid. Moi je suis contre la violence ! »

Pour le tribunal, « les renseignements pris sur l’officier de gendarmerie ne font état d’aucun problème en 25 ans de carrière ».

88 km/h en centre-bourg

Mais le 5 septembre, le principal prévenu a été flashé à 88 km/h dans le bourg d’Orbec. Il retrouve le même gendarme et profère des menaces. Décontracté à la barre, arborant régulièrement un large sourire, il prétendra que ses propos « ne voulaient rien dire ! » Son avocate ne pouvait faire abstraction de l’attitude de son client évoquant « l’arrogance » de celui-ci, mais elle relevait que « les torts étaient partagés. Les gendarmes ne sont pas infaillibles », insistant sur la personnalité de son client, « un homme qui se construit tout seul ».

Il écope de six mois de prison avec sursis avec mise à l’épreuve pendant 18 mois et interdiction de paraître à Orbec. L’homme qui s’était interposé réglera une amende de 400 €.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.