Qui est Alain Fischer, le « Monsieur Vaccin » du gouvernement ?

L’entre-soi des apprentis sorciers  !

1607405309

Confirmant la prégnance des réseaux communautaires arc-boutés autour de l’INSERM, la désignation d’Alain Fischer par le gouvernement pour « définir la stratégie de vaccination française contre le Covid-19 » laisse peu de place au doute quant à la poursuite de l’agenda oligarchique en France…

D’où vient ce goût pour la médecine ?
– Peut-être de mon père, d’origine hongroise : il m’a souvent dit qu’il avait rêvé de faire médecine. Mais il en avait été empêché par le “numerus clausus” instauré à l’encontre des juifs en Hongrie.

Fils d’un juif hongrois qui se rêvait médecin, le professeur d’immunologie pédiatrique Alain Fischer, 71 ans, vient d’être nommé par le Premier ministre Jean Castex à la présidence d’un « Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale » nouvellement créé et placé auprès du ministère des Solidarités et de la Santé d’Olivier Véran et de Jérôme Marchand-Arvier (proche de Martin Hirsch). Un choix effectué au détriment de Louis-Charles Viossat (haut fonctionnaire passé par la Banque mondiale, ambassadeur de la lutte contre le SIDA, membre du club Le Siècle) [1].

Souvent présenté comme un professeur émérite et un chercheur en biologie (qui s’est notamment formé à Londres dans le laboratoire de Marc Feldmann), Alain Fischer est surtout et plus précisément un spécialiste des thérapies géniques (stratégie thérapeutique qui consiste à faire pénétrer des gènes dans les cellules ou les tissus d’un individu pour traiter une maladie) et un chantre de l’obligation vaccinale (Manuel Valls et Marisol Touraine [2] ayant déjà fait appel à lui en 2016, au moment de la grippe aviaire, « afin de répondre à la “défiance” croissante d’une partie de la population » [3]).

Lié aux réseaux classiques à l’œuvre dans la gestion de la « pandémie » de Covid-19, comme l’INSERM (l’Institut national de la santé et de la recherche médicale de Gilles Bloch, dont dépendent Françoise Barré-Sinoussi, Jean-François Delfraissy et Karine Lacombe, qui a participé au lancement du laboratoire P4 de l’Institut de virologie de Wuhan sous Yves Lévy…), l’AP-HP (l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris, dirigée par Martin Hirsch et dont dépend également Karine Lacombe) et l’institut Pasteur (organisation internationale de recherche, privée, basée à Paris, historiquement en lien profond avec le gouvernement français, la famille Rothschild, l’OMS, le CDC, la firme Sanofi de Serge Weinberg, et où l’on retrouve Françoise Barré-Sinoussi), Alain Fischer est également rattaché aux très communautaires Fondation pour la recherche médicale (créée en 1947 par les professeurs Jean Bernard-Paraf et Jean Hamburger) et fondation Edmond de Rothschild (qui milite « pour une société plus inclusive et collaborative »).

Fait rarement souligné, Alain Fischer s’est essayé à la politique en 2011 puisqu’il a fait partie de l’équipe de campagne de Martine Aubry (PS) pour l’élection présidentielle de 2012…

Héraut des « bébés-bulle » (technique consistant à placer des enfants dont les défenses immunitaires sont fortement affaiblies, voire inexistantes, dans une bulle de plastique…), l’apprenti sorcier (tendance dictateur qui avance masqué) adepte des expérimentations spectaculaires Alain Fischer va-t-il appliquer à l’ensemble de la société ce qu’il réserve pour le moment aux enfants en déficience immunitaire ?

Le projet d’Alain Fischer pour les Français ?

« J’ai toujours pensé que l’exercice médical était inséparable d’une recherche expérimentale de pointe. Et j’ai mené de front ces deux activités en les mêlant intimement ».

Notes:

[1] Comme quoi, à compétences égales, l’appartenance communautaire supplante le réseau…

[2] Ancienne ministre de la Santé, très liée au géant de l’industrie pharmaceutique GlaxoSmithKline.

[3] L’immunologue préconisait alors de rendre gratuits et obligatoires certains vaccins supplémentaires pour les enfants de moins de deux ans, des vaccins qui n’étaient jusqu’alors que seulement recommandés. Sa stratégie pour restaurer la confiance des Français en la vaccination avait été de proposer de rendre cette mesure d’abord temporaire.

Alors chers Français, prêts pour l’expérience ? Plutôt bulles ou vaccins ? Dans les deux cas ne vous inquiétez pas, vous êtes entre de bonnes mains…

– Source : E&R
Source : ZE Journal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *