Quand un armement de pointe nous protège

Introduction

Chers lecteurs, le temps de « philosopher » est révolu. Nous vivons actuellement et c’est tant mieux, le temps de l’apocalypse, c’est-à-dire, celui du dévoilement. Dans cette confusion apparente, les masques tombent, la vérité apparait au grand jour. Cette excellente nouvelle est la révélation que notre destin NOUS appartient. Il est temps, pour chacun de nous, de contribuer activement au futur de l’humanité.

Par « confort intellectuel », certains d’entre nous s’enfoncent dans leur avilissement et deviennent totalement soumis à ceux qui s’autorisent à manipuler la nature, les animaux et maintenant nos propres gènes. Il est temps de reprendre confiance en l’Être que nous sommes vraiment et d’agir individuellement, pour construire collectivement le merveilleux monde de demain.

L’objectif de ce blog, qui traite de « l’écume des choses », est de vous y aider. Si vous désirez être pleinement acteur de « l’ardente obligation » de changer vraiment ce monde, abonnez-vous aux « Rendez-vous d’Hubert ». En plus de bénéficier de solutions pratiques pour traverser avec profit la période actuelle, ce sera votre manière de m’aider très concrètement, à poursuivre mon travail et améliorer sa qualité.

CE QUE L’ON VOIT :

Dans beaucoup de matière et notamment militaire, les acronymes sont utilisés pour désigner plus simplement des ensembles parfois complexes. Prenons le cas du système d’armes antiaérien russe. Il a la réputation d’être l’un des, voire le meilleur au monde. Les lecteurs de mes billets connaissent déjà le S 400. Véritable « couteau Suisse » de la défense antimissile, le S 400 se compose de plusieurs systèmes de radars de fréquences différentes et peut utiliser des missiles variés. Le S 500 qui est encore plus performant est venu le compléter. Nous en sommes actuellement au S 550 qui est en cours de déploiement. Il surpasse largement ses deux prédécesseurs. Selon l’agence russe TASS, c’est :

« Un système mobile de défense antimissile stratégique absolument nouveau, qui n’a pas d’analogues, il est capable de frapper des engins spatiaux, des ogives de missiles balistiques intercontinentaux, des cibles hypersoniques à des altitudes de plusieurs dizaines de milliers de kilomètres ».

CE QUE L’ON NE VOIT PAS :

Contrairement aux États-Unis d’Amérique et à leurs innombrables guerres, la doctrine militaire de la Russie est plutôt défensive. Cela lui a permis d’investir massivement dans une haute technologie au service de ce type d’armement. Bien entendu, les moyens de brouillage électronique entrent dans cette catégorie. Je me « risque » à anticiper un futur S 600, mais il est clair qu’aujourd’hui la Russie, non seulement contrôle l’espace aérien au-dessus d’elle (et pas que), mais bien au-delà, dans l’espace.

Comme je vous en ai informé le 29 octobre dernier, il ne faut pas croire la presse américaine, largement relayée par nos « merdias de grand chemin » selon lesquels « la Russie de Poutine » se prépare à envahir l’Ukraine ou quelque autre pays d’Europe. C’est plutôt le contraire :

Le « mur de Berlin » est tombé le 9 novembre 1989, faisant disparaitre le mythe de « l’ennemi russe ». Le pacte de Varsovie a été dissous le 25 février 1991,mais… l’OTAN est toujours là et il manœuvre pour encercler la Russie de ses bases militaires. Le plus désolant, c’est que les « dirigeants » de l’Europe et de la France participent à « ce jeu ». Va-t-il nous mener, avec « l’affaire ukrainienne », vers la 3è guerre mondiale, comme les « journaleux » de bas étage nous l’annoncent ?

Il faut bien trouver de nouvelles sources de peur, maintenant que  « la farce OMICRON » n’est plus vraiment crédible. C’est à ce moment que la stratégie russe qui est, je le rappelle « défensive», joue son rôle de dissuasion. Souvenez-vous, le Général de Gaulle a fait la même chose en dotant la France de « la dissuasion nucléaire ».

Les « faucons » de l’état profond américain souhaitent la guerre contre la Russie, mais… les mondialistes apatrides savent parfaitement qu’un champ de ruine n’est pas une option pour eux. Ils sont déjà en train d’essuyer un sérieux « contre temps Covidesque » . J’anticipe que grâce, entre autres, à la stratégie dissuasive « Poutinesque » et son armement de pointe, si savamment déployé… « la guerre de Troie n’aura pas lieu » !!!

CE QUE VOIT ALEX ANDRIN :

C’est vrai que cela peut paraitre surprenant.
D’oser écrire qu’une arme peut nous protéger.
Alors que nous pensons plutôt désarmement,
On peut aussi bannir de les utiliser.
Quand leur nombre est important, c’est la dissuasion,
Qui permet d’arrêter les gesticulations.
Gardez confiance, je vous aime et vous salue.

Source : Sérénité Patrimoniale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.