Pyrénées-Atlantiques : une électrice n’a pu voter, sa procuration n’étant pas arrivée à bon port

Pyrénées-Atlantiques : une électrice n’a pu voter, sa procuration n’étant pas arrivée à bon port

Ils m’ont donné un numéro de recommandé pour voir où était l’envoi. Le statut est toujours le même que quand j’ai déposé ma demande. Le colis est ‘‘pris en charge’’ »

Quentin Top

Travaillant dans le Sud-Ouest, elle a donné procuration à une amie à Paris qui n’a jamais pu voter pour elle. Cette mésaventure n’est pas rare aux dires de la victime

Cette mésaventure n’est pas rare. Aux dires de la victime, qui rapporte elle-même la parole de la gendarmerie, une trentaine de cas identiques auraient été relevés dans le département. « Il y en a eu mais peut-être pas une trentaine », précise le groupement des gendarmes du 64.

Tout commence le 14 avril, à la gendarmerie de Gan. « J’habite le 11e arrondissement de Paris, mais je travaille dans le Sud-Ouest, indique Agnès Baudot. Ce jour-là, j’étais en déplacement à Gan et j’avais le temps pour aller faire ma procuration. J’ai rempli les papiers comme il fallait, j’ai récupéré le récépissé. » Jusque-là aucun problème.

L’électrice ne s’inquiète pas et, comme convenu, n’est pas à Paris pour ce dimanche de premier tour présidentiel. Elle compte sur son amie qui se présente dans leur bureau de vote habituel, non loin de la place de la République.

« Je tenais vraiment à voter, l’enjeu était très important »

« J’ai reçu un appel à 13 heures de mon amie. Elle n’a pas pu voter parce que je n’étais pas sur la liste des personnes ayant fait une procuration. En fait, la mairie n’a jamais reçu la demande ! » Agnès Baudot s’inquiète alors de cette abstention bien involontaire. « Je suis très énervée parce que je tenais vraiment à voter pour cette élection-là, l’enjeu était très important. »

Elle appelle la gendarmerie de Gan qui lui confirme avoir envoyé le pli à la mairie dans les heures qui ont suivi sa demande de procuration. Puis la gendarmerie de Pau qui lui indique que la cause de ce couac est plutôt à chercher du côté de La Poste. « Ils m’ont donné un numéro de recommandé pour voir où était l’envoi. Le statut est toujours le même que quand j’ai déposé ma demande. Le colis est ‘‘pris en charge’’, ce qui signifie qu’il n’a pas été délivré. »

L’électrice était dans l’expectative pour le deuxième tour. « Je ne sais pas si je dois en refaire une qui annulera la première ou si je dois attendre des nouvelles de La Poste. » Aux dernières nouvelles, elle a finalement effectué une nouvelle procuration dans un commissariat de Bordeaux, où un registre garde trace de ces dernières.

Source : Sud Ouest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.