Pyrénées-Atlantiques : le nombre de vols a baissé

Le nombre de vols est en hausse en zone police et en baisse en zone gendarmerie. L’agglo de Pau est à la traîne

Pyrénées-Atlantiques : le nombre de vols a baissé

Deux bassins de délinquance sont clairement identifiés dans le département. Ce sont les deux agglomérations de Pau et de la Côte basque.C’est l’un des enseignements, sans surprise, du bilan des cambriolages dans le département effectué jeudi matin par le préfet, le procureur de la République, le directeur adjoint de la sécurité publique et le commandant du groupement de gendarmerie des Pyrénées-Atlantiques.

Entre octobre 2012 et 2013, la progression est significative dans l’agglomération paloise avec 15 % de vols en plus. « Cela s’explique par la présence de pas mal de réitérants », explique le directeur adjoint de la sécurité publique, Frédéric Dussel.

Le cadre de la police rappelle toutefois que les trois principaux auteurs ont été arrêtés. « Ils nous ont fait mal, mais on leur a mis une bonne dose. » Et il précise que le taux d’élucidation des cambriolages dans l’agglo de Pau est de 10 %, soit la moyenne nationale.

En comparaison avec la hausse paloise, la zone police de la Côte basque a connu une baisse des vols de 4,5 %. Mais elle n’est pas concernée par le même public et les attaques sont plus ciblées, sur les villas notamment.

Enfin, en zone gendarmerie, l’évolution du nombre de cambriolages est « encourageante », précise le préfet, avec une diminution des faits de 2,6 %. C’est aussi le cas de l’ensemble du département, toutes zones confondues.

Pour contrer les délinquants, un plan départemental de lutte contre les cambriolages et les vols à main armée est déployé. Quatre grands volets ont été identifiés. Police et gendarmerie doivent désormais cibler les délinquants d’habitude et les filières structurées par une meilleure relation entre militaires et policiers. La présence sur la voie publique est renforcée avec l’extension, par exemple, de l’opération tranquillité vacances toute l’année.

Troisième mission : développer les solutions d’aides aux commerçants et le système de SMS d’urgence « alerte commerce ». « Un dispositif particulièrement pertinent pour les commerces à risques comme les tabacs ou les bijouteries », a souligné le préfet Pierre-André Durand.

L’ultime objectif étant l’intensification des alertes, la préfecture rappelle que le fonds interministériel de prévention de la délinquance pourra être mobilisé sur le volet vidéoprotection.

Notons enfin qu’un plan d’attaques est envisagé « pour des fêtes réussies ». Des contrôles renforcés à la sortie des restaurants et discothèques sont attendus, tandis que la direction des populations vérifie que les clients ne soient pas floués par les étiquetages et défauts de fabrication ou d’hygiène.

Source : Sud-Ouest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.