Pyrénées-Atlantiques : la gendarmerie lance une nouvelle page Facebook

Avec sa page Facebook, le groupement de gendarmerie renforce ses dispositifs de prévention.

Avec sa page Facebook, le groupement de gendarmerie renforce ses dispositifs de prévention. (E. N.)

“Une coproduction de sécurité.” Le colonel William Vaquette, qui commande le groupement de gendarmerie des Pyrénées-Atlantiques a la formule pour désigner la nouvelle stratégie mise en oeuvre au sein de son groupement. De fait, la prévention s’appuiera désormais sur les outils numériques afin de minorer notamment les risques de cambriolages. D’abord la nouvelle page Facebook. “Elle a été expérimentée dans 3 ou 4 groupements l’an passé. Et cela a donné de très bons résultats”, révèle le n° 1 des gendarmes du 64.

Messages d’alerte

Cet outil, flash-code inclue, lancé il y a deux semaines et qui compte déjà plus de 240 abonnés, permettra aux locaux d’être informés des différentes alertes et appels à vigilances. Tout en ayant vocation à tisser des liens plus étroits avec la population. Le colonel Vaquette rappelle que ses 700 hommes, tous services confondus, ont 7 500 km2 à surveiller. Traduction, ils ne peuvent pas être partout. L’arrivée sur Facebook et la diffusion par ce canal des informations doivent permettre un gain de sécurité.

La nouvelle page Facebook de la gendarmerie en Pyrénées-Atlantiques.

Exemple, ce début de semaine, quand les habitants de l’agglomération bayonnaise ont été invités à se méfier des gens vêtus de gilets jaunes en pleine collecte aux carrefours.

Tout cela s’inscrit dans une stratégie globale. Car à cette arrivée sur le réseau social, s’ajoute en effet la mise en place d’une application pour smartphone. Objectif là aussi informer les habitants et développer la prévention. “Pour cela, nous avons lancé un concours auprès des écoles d’ingénieurs du département”, indique le colonel, qui espère que cet outil sera prêt avant l’été prochain.

Dernier atout, la mise en place d’une alerte SMS avec les édiles du 64. “Nous avons pour cela signé une convention avec l’assemblée départementale des maires.” Ce qui signifie que lorsque le centre opérationnel de la gendarmerie, repérera un ou des cambriolages dans un même secteur, elle pourra alerter les premiers magistrats concernés afin que la vigilance soit accrue.

Source : La République des Pyrénées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *