Près d’Argentan. Enlisée et perdue, elle passe la nuit dehors

Au matin, dix véhicules de gendarmerie, avec chacun deux hommes à bord, patrouillaient encore dans le secteur.

Au matin, dix véhicules de gendarmerie, avec chacun deux hommes à bord, patrouillaient encore dans le secteur. | Ouest-France

Une Alençonnaise s’était égarée jeudi soir dans un chemin creux avec sa voiture. Après une nuit de recherches intenses, elle a été retrouvée par la gendarmerie vendredi matin, saine et sauve.

L’histoire

Il est 21 h jeudi soir quand la gendarmerie d’Alençon, qui centralise tous les appels de nuit, reçoit le coup de fil d’une dame qui dit avoir enlisé sa voiture dans un chemin creux. Égarée, elle ne sait pas exactement où elle se trouve ; elle circulait du côté du Merlerault et pense avoir passé la commune de Planches.

Elle cherchait un coin discret pour un besoin naturel et a quitté la route, s’engageant sur près d’un kilomètre dans un sentier de campagne, plus fait pour les tracteurs ou la marche à pied que pour sa voiture. « Nous avons lancé la géolocalisation de son téléphone portable », raconte le capitaine Soubien, patron de la compagnie de gendarmerie d’Argentan, qui a supervisé toutes les recherches.

L’opération révèle que la dame, une Alençonnaise de 72 ans, est proche du relais téléphonique de Champ-Haut. « Mais c’est un rayon de 3,75 km autour ! » Autant chercher une aiguille dans une botte de foin. Espérant la retrouver saine et sauve, le capitaine Soubien lance cinq patrouilles de deux gendarmes à sa recherche.

« Mon idée, c’était de la rappeler pour lui dire de faire du bruit en klaxonnant, de se manifester. Pas de chance, sa batterie était à plat. Je n’ai pas pu la joindre, le contact était coupé. » Et la nuit tombe…

Source : Ouest France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.