Port-La Nouvelle : il casse une cloison à la gendarmerie et urine dans sa cellule

Ce Sigeanais de 27 ans donne du fil à retordre aux services de gendarmerie et à la justice, notamment au Parquet de Perpignan.

Ce mercredi, il devait y être déféré après avoir refusé d’obtempérer sur injonction des motards de la douane au péage de Sigean, lundi dernier, vers 17 heures. Mais depuis son interpellation, le mis en cause ne se laisse visiblement pas faire. Mardi, lorsqu’il lui est signifié son déferrement devant le parquet de Perpignan, son sang ne fait qu’un tour.

Dans les locaux de la brigade de gendarmerie de Port-La Nouvelle, il démolit une cloison en plâtre. Il a fallu l’intervention de trois militaires pour le maîtriser. L’un d’eux a été blessé. Il lui a été délivré par le médecin légiste une incapacité totale de travail de 3 jours.

L’adjudant blessé a d’ailleurs déposé plainte, tout comme la ville de Port-La Nouvelle à laquelle appartiennent les locaux de la gendarmerie. La conduite du mis en cause n’a pas permis, mercred, de procéder à son déferrement devant le parquet de Perpignan dans des conditions optimales de sécurité. Il a été nécessaire de le placer dans une cellule d’isolement après qu’il a insulté les magistrats présents, a-t-on appris de la gendarmerie. “Il a également uriné dans cette cellule“.

Mercredi, l’homme a été écroué à la maison d’arrêt de Perpignan en attendant son déferrement rapide devant le parquet. La virulence de ce mis en cause peut s’expliquer par son important casier judiciaire qui comprend une centaine de mentions pour, entre autres, des faits de rébellion, outrage et pour une cinquantaine de faits liés aux stupéfiants.

Lundi dernier, au terme d’une course-poursuite avec les motards et les gendarmes de Port-La Nouvelle, il avait finalement abandonné son véhicule près d’un supermarché de Sigean. Cette voiture, une Golf, avait été signalée volée, le 25 février, au Barcarès, provenant d’un home-jacking. Lors de ses premières déclarations en garde à vue, lundi, le suspect avait déclaré n’avoir rien à voir avec cette agression, et n’être qu’un “receleur”. Ce mercredi, il a réitéré ses propos en assurant “on me confond avec un autre“.

Source : L’Indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *