Pornic. Sorti de boîte, il appelle les gendarmes pour rentrer chez lui

Mauvaise plaisanterie, dans la nuit de vendredi, pour les gendarmes pornicais : on les a pris pour des chauffeurs de taxi.

Mauvaise plaisanterie, dans la nuit de vendredi, pour les gendarmes pornicais : on les a pris pour des chauffeurs de taxi. | Archives Franck Dubray

Dans la nuit de vendredi, deux trentenaires ont été interpellés par les gendarmes sur le parking du BK Club à Pornic. Prétextant une agression, l’un d’eux les avait appelés pour qu’ils le ramènent chez lui.

Il est tard dans la nuit de vendredi. À la sortie du BK Club à Pornic, un trentenaire appelle les gendarmes. Il prétend être encerclé par une dizaine d’hommes armés de couteaux. Ni plus, ni moins. Les militaires accourent.

Mais à leur arrivée, aucune trace des agresseurs. Les gendarmes comprennent que le trentenaire a tout inventé et qu’il veut simplement que la patrouille le ramène chez lui. Les forces de l’ordre apprécient moyennement d’être pris pour des chauffeurs de taxi. Le ton monte avec le fêtard éméché.

C’est alors qu’un de ses amis, lui aussi en état d’ivresse, se mêle à l’histoire. Insultes et menaces commencent à fuser contre les militaires.

Les deux impétrants, l’un vétérinaire, l’autre ingénieur, ont été interpellés pour menace, outrage et rébellion. Avec un taux d’alcoolémie de 0,4 et 0,5 grammes dans le sang, ils ont fini de cuver leur nuit dans les locaux de la gendarmerie de Pornic. Ils seront convoqués au tribunal de Saint-Nazaire en octobre.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.