Oui, il y a de l’Oxyde de Graphène dans le vaccin corona !

Kingston soupçonne que cet ingrédient n’est pas mentionné dans les brevets du vaccin car il est toxique pour les humains et parce qu’il peut littéralement être influencé par les ondes radioélectriques. “Ils expérimentent les doses supportables par les vaccinés. 

Karen Kingston, ancienne employée de Pfizer confirme : “Oui, il y a de l’oxyde de graphène dans le vaccin corona qui peut provoquer la mort” ! 

Karen Kingston, ancienne employée de Pfizer et analyste pour les industries pharmaceutiques et les dispositifs médicaux, a présenté des éléments incontestables qui devraient être partagés avec le monde entier ! Elle a formellement confirmé que l’oxyde de graphène est présent dans les vaccins Covid. “Il est extrêmement difficile de trouver cette information”, a-t-elle déclaré au Stew Peters Show.
Cela veut dire que la “vaccination COVID”, est une condamnation à mort et personne ne devrait se faire vacciner. 

Des chercheurs espagnols ont récemment découvert que les vaccins corona de Pfizer et AstraZeneca sont en grande partie constitués d’oxyde de graphène. Les fact-checkers et les médias sont alors devenus fous pour réfuter les informations sur la découverte.
Lorsque Peters a demandé si l’oxyde de graphène était présent dans les vaccins corona, Karen Kingston a répondu sans équivoque: “À 100%, c’est irréfutable.”
Kingston soupçonne que cet ingrédient n’est pas mentionné dans les brevets du vaccin car il est toxique pour les humains et parce qu’il peut littéralement être influencé par les ondes radioélectriques. “Ils expérimentent les doses supportables par les vaccinés. Nous sommes les cobayes”.
S’il est activé, des dommages et la mort peuvent en résulter.
L’ancienne employée de Pfizer a expliqué que le graphène peut conduire l’électricité. Lorsque le graphène est chargé électriquement, il détruit tout ce avec quoi il entre en contact. Pour le moment, les particules ne sont pas chargées. Si elles sont activées par un champ radioélectrique, des dommages et la mort peuvent en résulter. Cela dépend du nombre de nanoparticules de graphène présentes dans le corps et de leur emplacement, selon Kingston.
Quand elle a appris l’information, elle a pleuré. “Je ne savais pas qu’une femme pouvait pleurer autant”, a-t-elle déclaré.

Source
Partagé par “La Cause du Peuple” :
https://numidia-liberum.blogspot.com/2021/07/karen-kingston-ancienne-employee-de.html

Source : Changera

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *