Nantes. Les gendarmes en gare pour des contrôles avant les vacances

c235057d90c8c84b7a5405caac0d2cd3-nantes-les-gendarmes-en-gare-pour-des-controles-avant-les-vacancesLe peloton de sécurité et d’intervention de la gendarmerie (Psig) en patrouille dans la gare SNCF de Nantes. | STÉPHANIE BAZYLAK / OUEST-FRANCE

À l’approche des départs en vacances, la gendarmerie et la SNCF organisaient une opération de contrôle et de sensibilisation dans les gares de Nantes et d’Angers, ce jeudi 20 juin. Reportage.

Une dizaine de gendarmes du peloton de sécurité et d’intervention de la gendarmerie (PSIG), accompagnés d’un chien, font irruption dans le hall nord de la gare de Nantes, ce jeudi 20 juin 2019. Leur entrée n’est pas discrète. « Une autre équipe patrouille en civil » , glisse le lieutenant-colonel Ruer, commandant de la compagnie de gendarmerie de Nantes.

Pendant une demi-heure, les militaires vont et viennent entre les voyageurs, s’arrêtant ici et là pour permettre au chien détecteur de stupéfiants de renifler quelques valises. La gare se situant à Nantes, les contrôles sont théoriquement dévolus aux policiers. La présence des gendarmes est exceptionnelle. « Les passagers qui montent à bord des trains en gare de Nantes traversent nos territoires sans qu’on les voie, cette opération est une occasion de renouer avec eux » , souligne le lieutenant-colonel Ruer.

Les gendarmes et leur chien détecteur de stupéfiants ont sillonné les quais de la gare de Nantes, avant de monter dans le TER qui relie Nantes à Angers. | STÉPHANIE BAZYLAK / OUEST-FRANCE

À l’approche des grands départs en vacances, la gendarmerie et la SNCF souhaitaient organiser une après-midi de contrôle et de prévention auprès des passagers, dans le cadre de la Police de sécurité du quotidien. « Il n’y a pas plus de risque qu’ailleurs, mais les modalités d’intervention sont plus compliquées dans le domaine ferroviaire » , explique le lieutenant-colonel.

Chaque jour, en moyenne, près de 70 000 personnes voyagent à bord des trains de la SNCF en Pays de la Loire (TGV, TER, Intercités). Ce jeudi, les gendarmes ont rencontré une partie d’entre eux, en gare de Nantes et d’Angers, ainsi que dans un TER qui relie les deux villes. L’occasion pour eux de rappeler la législation, mais aussi de les mettre en garde contre les vols. « Les deux tiers des faits de délinquance ont lieu en gare, un quart dans les trains et le résidu sur les emprises (voies, zones techniques). »

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.