Nangis. Neuf mâts de caméras abattus, tirs de mortiers contre les gendarmes

En quelques nuits, neuf mâts de caméras ont été abattus à Nangis, pour un préjudice de 100 000 €. La mairie a pris deux arrêtés.

L’article d’Actu.fr ici

Source : Police & Réalités

Seine-et-Marne. Neuf mâts de caméras abattus à Nangis : la mairie prend deux arrêtés

En quelques nuits, neuf mâts de caméras ont été abattus à Nangis, pour un préjudice de 100 000 €. La mairie a pris deux arrêtés.

Neuf mâts de caméras ont été abattus à Nangis ©DR

La situation est particulièrement tendue à Nangis (Seine-et-Marne) et les autorités sont sur le qui-vive depuis le mercredi 27 juillet 2022.

En quelques nuits, neuf mâts de caméras de vidéosurveillance ont été abattus dans le quartier de la Mare-aux-Curées et dans la zone pavillonnaire voisine. Le préjudice financier est de 100 000 €.

Opération de gendarmerie

Les gendarmes, qui patrouillaient dans le quartier, ont été visés par des tirs de mortier d’artifice. Une vaste opération anti-délinquance a été menée le soir du mardi 2 août, dès 20 h 30. Elle a mobilisé 40 militaires. « Nous avons été pris à partie, indique Camille Leroy, commandante de la compagnie de Provins. Il a fallu gérer la situation, générée par une minorité agissante. »

La gendarmerie s’est repliée après avoir interpellé deux majeurs. Ils ont été placés en garde à vue et l’enquête est en cours.

« À la base, la Mare-aux-Curées était une résidence, témoigne une riveraine. Et là, nous sommes confrontés à des actions de cité. J’ai vu tomber deux lampadaires. À chaque fois, il y avait un feu d’artifice. On se sent complètement seuls. Le voisinage a peur et ne se sent pas en sécurité. »

La mairie a pris deux arrêtés municipaux, en accord avec la préfecture de Seine-et-Marne. L’un d’eux réglemente la consommation d’alcool sur la voie publique. L’autre interdit tout rassemblement de plus de trois personnes de 22 h 30 à 6 heures.. Et cela, jusqu’au 30 septembre.

Tournure politique

De quoi rassurer les Nangissiens ? Pas sûr, et l’affaire a pris, comme souvent à Nangis, une tournure politique. 

« La situation est grave, elle empire et paraît hors de contrôle, déclare Aymeric Durox, délégué départemental du Rassemblement national et conseiller municipal d’opposition. La nouvelle majorité LR a été élue sur des programmes de sécurité qui n’ont pas été tenus. Il y a beaucoup de colère et de désarroi. Une grande majorité de Nangissiens n’en peut plus. Des pères de famille sortent en bande pour assurer la sécurité. Il suffirait d’un rien pour que ça explose. J’appelle au calme et j’incite les parents à prendre leurs responsabilités. »

« C’est facile de dire cela, répond la maire de Nangis, Nolwen Le Bouter. Moi, je suis présente sur le terrain. On fait ce qui relève de notre niveau de responsabilité et de compétence. Et nous avons fait une demande de subventions pour doubler le nombre de caméras. Si on les met à terre, cela prouve bien qu’elles servent à quelque chose. On va les remettre ! »

Source : Actu.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.