Morbihan. Les gendarmes retrouvent une « désespérée » grâce au bruit de leur hélicoptère

005d6e699ba35fc61ce0b5eb737c262c-morbihan-les-gendarmes-retrouvent-une-desesperee-grace-au-bruit-de-leur-helicoptere

Un hélicoptère de la Section aérienne (SAG) de Rennes, comme ce modèle nazairien, a été mobilisé pour localiser une personne « désespérée », ce jeudi 18 avril 2019. | ARCHIVES

 

Trois heures durant, les gendarmes ont recherché une jeune femme qui souhaitait mettre fin à ses jours, à Porcaro. Ils sont finalement parvenus à la localiser, guidés par le son de leur hélicoptère dans le téléphone.

Dénouement heureux, dans des circonstances assez incroyables, pour plusieurs groupes de gendarmerie, ce jeudi 18 avril 2019. En milieu d’après-midi, vers 15 h 30, la compagnie de gendarmerie de Ploërmel est alertée qu’une femme âgée de 38 ans aurait l’intention de mettre fin à ses jours. Cette dernière aurait annoncé son attention à ses proches.

Les recherches démarrent bien, les militaires parviennent à la géolocaliser dans un secteur de Porcaro, grâce au signal émis par son téléphone portable. Les patrouilles de gendarmerie de la compagnie de Ploërmel entament des recherches dans la zone, sans parvenir à la découvrir. L’hélicoptère de la Section aérienne de la gendarmerie (SAG) de Rennes est également présent sur les lieux, en renfort.

Alcool et médicaments

Après de longues minutes d’exploration des ruelles, alors que la personne recherchée ne répondait pas à son téléphone, celle-ci décroche finalement à l’un des opérateurs du CORG Vannes (17 : centre d’appel des urgences).

L’opérateur en question engage une conversation et parvient à tenir la personne au bout du fil. Mais, désorientée, incapable de se situer, la jeune femme ne donne pas son emplacement aux gendarmes.

Au cours de la conversation, l’opérateur percevait puis perdait le son des pâles de l’hélicoptère en recherche au-dessus de la ville. Les gendarmes ont su utiliser ce bourdonnement pour se rapprocher de la personne.

Après trois heures de patrouilles, vers 18 h 30, et la mise en action des « deux tons des véhicules engagés » , comprendre les klaxons, les gendarmes ont découvert la jeune femme en vie, recroquevillée dans un « coin de nature. »  Celle-ci était somnolente. Elle avait consommé de l’alcool et absorbé des médicaments. Elle a été prise en charge par les pompiers puis conduite au centre hospitalier de Vannes.

Source : Ouest-France
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.