MEUSE : LE MEURTRIER PRÉSUMÉ D’ALICIA CHAMPLON JUGÉ EN FÉVRIER

Le procès de l’auteur présumé de l’homicide volontaire d’Audrey Bertaut et de l’assassinat d’Alicia Champlon, deux jeunes femmes gendarmes, se tiendra du 10 au 20 février 2015 devant la cour d’assises du Var à Draguignan (83).

Lors des obsèques d’Alicia Champlon, originaire de la Meuse. Photo d’archives Franck LALLEMAND

Lors des obsèques d’Alicia Champlon, originaire de la Meuse. Photo d’archives Franck LALLEMAND

Le 17 juin 2012, la Meusienne Alicia Champlon, 29 ans, adjudante de gendarmerie et sa collègue Audrey Bertaut, 35 ans, maréchal des logis-chef étaient tuées par balle à Collobrières dans le Var.

Les deux gendarmes servaient à Pierrefeu-du-Var et s’étaient rendues sur un différend à la suite d’un vol. Une opération au cours de laquelle l’arme de service d’une des deux gendarmes avait été subtilisée. Une arme qui avait servi à tuer les deux militaires.

Un an plus tard, le 17 juin 2013, Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, était venu rencontrer la famille et les proches d’Alicia Champlon. Il s’était rendu à Belrupt-en-Verdunois, commune d’où était originaire la jeune femme, pour inaugurer une stèle en sa mémoire.

« Ça a fait deux ans, le jour de la fête des pères »

Après plus de deux ans d’enquête et d’instruction, la date du procès est désormais fixée. Il se déroulera devant la cour d’assises du Var à Draguignan (83), du 10 au 20 février 2015.

Dans le box : Abdallah Boumezaar, 32 ans, sera défendu par Me Colombe du barreau de Toulon. L’auteur présumé des faits sera jugé pour l’homicide volontaire d’Audrey Bertaut et l’assassinat d’Alicia Champlon (la préméditation ayant été retenue pour la seconde victime). Des faits aggravés par plusieurs circonstances notamment, parce que les deux jeunes femmes étaient militaires de la gendarmerie et qu’Abdallah Boumezaar était considéré en état de récidive légale au moment des faits (puisque condamné auparavant pour délit puni de 10 ans de prison).

Dans le box également : Inès Farhat, 22 ans, la compagne d’Abdallah Boumezaar est, elle, défendue par Me  Guidicelli du barreau de Toulon et Me  Santini du barreau de Nice. Elle sera jugée pour complicité de l’homicide volontaire aggravé d’Audrey Bertaut et ce, en récidive ainsi que pour le recel de documents ou d’objets concernant un crime ou un délit pour faire obstacle à la manifestation de la vérité.

Pour la famille d’Alicia Champlon, connaître la date du procès a été un soulagement. « Le mot qui est venu c’est : enfin ! Tous les jours on attendait un coup de téléphone ou une lettre », confie Françoise Champlon, la mère d’Alicia. « Ça a fait deux ans, le jour de la fête des pères. On ne se met pas à la place des victimes, c’est insupportable d’attendre. On voudrait que toutes les deux soient en paix ».

Elle décrit aussi « un manque indescriptible » et « la souffrance de tous les jours, les larmes de tous les jours. Le peu de bonheur qu’on a, c’est l’héritage de notre fille : son petit chien qui nous donne un peu de joie de vivre. On a tout perdu, on n’a plus rien. La vie à venir, c’est rien du tout ».

La famille est effondrée, anéantie par ce drame. « On a hâte d’être à la date du procès », poursuit Françoise Champlon qui souhaite, comme sa famille, « une condamnation très forte ».

Trois avocats défendent la famille d’Alicia Champlon : Me Gilbert Collard, Me Frédéric Picard et Me Virginie Pin. Trois avocats « que nous avons très souvent au téléphone et qui nous soutiennent énormément. Et heureusement aussi que nous avons la famille gendarmerie autour de nous qui nous soutient énormément ».

Frédéric PLANCARD

Source : L’Est Républicain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.