Mes réflexions à la suite de certains commentaires.

Ces derniers jours j’ai publié et commenté les sujets suivants :

  1. Une pétition lancée pour un policier menacé de révocation (mise à jour du 26 juin)
  2. Lettre ouverte d’une lectrice de PG adressée aux « Autorités » et à la population.
  3. Interview de Julien un gendarme en activité – Police pour la Vérité

Ils ont produit de nombreuses réactions.

Ayant pris le temps de m’attarder sur certains commentaires, je vous livre ma réflexion.

S’agissant des gendarmes et des policiers : Qui sont ces personnels que l’on nomme improprement « les Forces de l’ordre »?

La personne, homme ou femme, qui s’engage sous l’uniforme vous dira qu’elle à vocation de « servir ». Quel que soit le statut, le cœur du métier est la protection des personnes et des biens.

Ne souriez pas ! Si d’aucuns choisissent cette voie pour la « gamelle », le plus grand nombre vit complètement sa mission de service public.

Le gendarme ou le policier, à l’image de tout citoyen, est avant tout un être humain avec ses qualités et ses défauts. Issu du peuple il a les soucis et les aspirations de tout un chacun : faire vivre sa famille, éduquer ses enfants, réaliser sa vie.

S’agissant de leur disparité : Le gendarme est un militaire, le policier est un fonctionnaire de l’État.

La Gendarmerie a derrière elle huit siècles d’existence et d’Histoire sous différentes appellations. Elle a pris le nom de Gendarmerie Nationale le 16 février 1791. La loi du 23 avril 1941, qui a étatisé les polices municipales des communes de 10 000 habitants, a donné naissance à la Police Nationale.

S’agissant des ordres reçus et la manière de les exécuter : Depuis la création de ce site la question m’est régulièrement posée : « Quand allez-vous refuser d’obéir ? Quand allez-vous rejoindre le peuple ? » Etc. Je ne suis pas en mesure d’y répondre.

Ultrak, l’un de nos lecteurs que j’ai rencontré, étranger aux deux institutions, propose un écho intéressant :

« Si je devais deviner les destinataires de cette lettre à la lecture de son contenu et non de son titre, je dirais que ce sont les Gendarmes de France. Or la question devient maintenant récurrente dans les commentaires de nombreux articles. Les Gendarmes ont-ils la capacité à s’opposer collectivement aux règles tyranniques décidées par les autorités ?

Je voudrais idéaliser la Gendarmerie et répondre oui. Je sais cependant que la réponse est non. Ou plutôt la Gendarmerie n’est susceptible d’ouvrir une brèche que si le pouvoir vacille sous la pression populaire et que l’ordre est menacé par le peuple lui-même. C’est ainsi, et il est selon moi inutile de se bercer d’illusions et de faux espoirs. Individuellement, des Gendarmes auront parfois l’attitude qui convient. Tolérance devant une infraction, absence de zèle, l’espoir est permis. Mais aucun Gendarme n’affichera ouvertement un mépris des règles car il trahirait son propre engagement. La Gendarmerie n’est pas un contre-pouvoir, elle est une courroie de transmission du pouvoir. La légitimité de son action dépend de la légitimité du pouvoir.

C’est aux citoyens eux-mêmes d’agir au niveau le plus élémentaire de la société, et de contribuer à la restauration d’un pouvoir légitime. Il existe mille et une façons d’agir, et l’addition des petites actions ébranle le pouvoir illégitime. Je recommande et ai toujours recommandé de ne jamais chercher la confrontation avec les Gendarmes. Bien au contraire, il faut fuir toute situation de confrontation, et obtempérer poliment à leurs éventuelles demandes.

Évidemment, je ne suis pas en train de conseiller d’obtempérer à des ordres mettant en cause les limites sacrées que l’on s’est fixées, telles par exemple que l’acceptation d’une injection. J’ai toujours dit ici que toute action est légitime pour préserver son intégrité ou celle de ses proches. Toute action illégale est légitime dans une telle situation. C’est pourquoi j’ai aussi toujours conseillé d’anticiper pour éviter de telles extrémités, au besoin en quittant sa région ou le pays tant qu’il en est temps.

Quant au Gendarme qui a pris conscience du caractère tyrannique du pouvoir et ne veut plus en être l’instrument, il doit réfléchir et choisir. S’il estime qu’il peut mettre discrètement des grains de sable dans l’engrenage des actions tyranniques, il peut être d’une grande utilité. J’ai souvent cité en exemple le cas de l’adjudant François Lejeune en d’autres temps. Si au contraire le Gendarme conscient ne trouve aucune voie de résistance, il vaut mieux pour lui démissionner que de perdre son âme. Il rejoindra ainsi une multitude d’autres Gendarmes qui ont choisi, de longue date, de partir pour rester fidèle à leur idéal.

Espérer un retournement de la Gendarmerie contre la tyrannie sans révolte concomitante du peuple est une illusion et une fuite devant ses propres responsabilités. C’est aussi la porte ouverte à une attitude de dénigrement et de haine envers les Gendarmes, que je n’accepte pas. Le Gendarme est souvent plus révolté intérieurement par les injustices des autorités que le commun de la population. Il est tout autant victime des manipulations que le reste du peuple, et peut donc croire à l’utilité de la politique sanitaire aberrante imposée par les autorités. Il ne se dérobe pas lui-même. Son sens de la discipline l’a poussé à accepter les injections, même s’il en craignait les conséquences. Ses enfants risquent d’être les prochaines victimes de la politique criminelle qui semble d’ores et déjà décidée.

Que chacun donc agisse selon sa force et ses convictions. Qu’il ne cherche pas de boucs émissaires dans la Gendarmerie pour évacuer ses frustrations ou sa révolte, surtout pas quand il ne connaît rien à ce métier ni à la condition militaire. Des épreuves difficiles nous attendent, et demandent plus que jamais discernement, rigueur et efforts personnels. »

Je ne peux qu’approuver l’intégralité de son commentaire. Je l’en remercie vivement.

Pour conclure, beaucoup se sont fait « vaxxiner » contre leur gré… Pourquoi ? Les réponses varient peu : « mon employeur m’y a obligé ; je ne voulais pas perdre mon emploi ; j’ai une famille à nourrir et des crédits sur ma maison »

S’agissant d’un militaire de la gendarmerie nationale c’est la même chose… Démissionner est très facile mais retrouver un emploi avec des revenus dignes l’est beaucoup moins. Les récalcitrants en paient le prix fort : pression odieuse de la hiérarchie, missions quotidiennes merdeuses, reproches des collègues, harcèlement, mutation d’office…

Relisez avec attention l’avant dernier paragraphe du commentaire d’Ultrak : Espérer un retournement de la Gendarmerie contre la tyrannie… » et poussez la réflexion…

Je suis retraité de la Gendarmerie nationale et j’en suis fier. Si j’ai ouvert ce blog c’est pour continuer, d’une certaine manière, à « Servir ».

Quand je découvre des propos très excessifs sur mes camarades gendarmes ou collègues policiers cela m’incommode. Je suis alors tenté de réagir, de modérer sans toutefois (exceptionnellement) censurer… cela au nom de la liberté d’expression qui nous est chère à toutes et à tous.

Ronald

Je vous invite à écouter (ou réécouter) le très beau texte, plein d’humanité, qui accompagne la vidéo infra. https://www.profession-gendarme.com/soutien-aux-forces-de-lordre-aux-services-durgence-et-aux-domaines-prives/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.