Merlimont : un chauffard sème le désordre, la gendarmerie répond en force

Le standard téléphonique de la gendarmerie a chauffé, samedi, en début d’après-midi. Les militaires ont été assaillis d’appels provenant de riverains merlimontois, inquiets de voir un individu se livrer à un véritable gymkhana.


L’homme, un Merlimontois de 29 ans, a été interpellé au bout de l’avenue des Sapins, après plusieurs minutes de poursuite.

L’homme, un Merlimontois de 29 ans, a été interpellé au bout de l’avenue des Sapins, après plusieurs minutes de poursuite.

Tous les appels décrivaient la même scène : une Golf Volkswagen roulant à vive allure en centre-ville et dans des quartiers résidentiels.

Prenant l’affaire très au sérieux, la gendarmerie a immédiatement déployé un dispositif lourd : outre la brigade de Merlimont, celle d’Étaples et le PSIG (peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie) de la compagnie d’Écuires ont été dépêchés sur place avec pour mission d’interpeller le contrevenant.

La tâche n’a pourtant pas été facile. L’homme, un Merlimontois de 29 ans, ne s’est pas laissé attraper si aisément. Il a fini par abandonner son véhicule, tentant de s’enfuir à pied. Une poursuite s’est donc engagée avec une vingtaine de gendarmes, du côté de l’avenue des Sapins. C’est au bout de cette rue que l’homme a été interpellé, non sans opposer de résistance.

Déjà connu de la justice

Connu de la justice, il a été placé en garde à vue puis remis en liberté. Il devra répondre de ses multiples infractions – sa conduite dangereuse, l’absence de permis et d’assurance, entre autres – devant le tribunal correctionnel de Boulogne.

Les faits ne sont pas sans rappeler la course-poursuite, mi-juin, qui avait entraîné les gendarmes de la compagnie d’Écuires à sillonner Cucq, Brexent, Merlimont, Saint-Josse et la Calotterie. L’homme interpellé samedi pourrait bien être le même que le conducteur inconséquent du mois de juin.

Source :  La Voix du Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.