Mairie, police et gendarmerie mobilisées contre les cambriolages

http://www.ouest-france.fr/sites/default/files/styles/image-640x360/public/2016/03/07/mairie-police-et-gendarmerie-mobilisees-contre-les-cambriolages.jpg?itok=b49B9IZ_

« Nous appelons la population à exercer une vigilance citoyenne et bienveillante, comme proposer de relever le courrier d’un voisin en cas d’absence, et signaler tout véhicule suspect », soulignent le maire, Luc Foucault, en compagnie de Jeau-Paul Cario et Claire Sévenou, policiers municipaux. |

« Les cambriolages, en augmentation à Séné, comme dans les autres communes, suscitent beaucoup d’interrogations chez les habitants, confie le maire, Luc Foucault. Ce phénomène, par vagues depuis la fin de l’année 2015, se produit depuis trois semaines autant en journée que pendant la nuit, dans les logements inoccupés, que pendant le week-end, et quels que soient les quartiers de Séné. »

La gendarmerie et la police nationale mènent des actions dans l’ensemble de l’agglomération pour endiguer et démanteler des filières organisées. « Nous sommes mobilisés tous les soirs, et les gendarmes interviennent, en uniforme ou en civil, avec des véhicules banalisés », souligne l’élu.

Quid des bons réflexes à adopter en cas d’absence prolongée, au-delà de trois jours ? « N’hésitez pas à demander au voisin de surveiller l’habitation, relever le courrier, ouvrir et fermer les volets ou les stores. L’opération Tranquilité-vacances consiste, par ailleurs, à effectuer des rondes autour du domicile. Les demandes effectuées en mairie sont transmises à la gendarmerie, conseille Jean-Paul Cario, policier municipal. Dans tous les cas, on peut aussi prendre des mesures de protection pour éviter les ouvertures de baies vitrées, et poser un ou deux barreaux sur les petites fenêtres. Nous demandons aussi aux commerçants de ne pas rapporter de numéraires chez eux, et de varier les trajets domicile-travail. »

Parmi les autres bons réflexes, il ne faut pas hésiter à signaler tout véhicule suspect auprès de la mairie (tél. 02 97 66 90 62) ou de la gendarmerie (17). « Même si l’on craint d’appeler pour rien, ces renseignements peuvent permettre de remonter une filière », souligne le maire.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.