La Mouette Alerte !

L’INFO AU SERVICE DE LA DÉMOCRATIE –

La Mouette Alerte est le fruit d’une initiative citoyenne.
Elle répond aux besoins impérieux :
• D’offrir une pluralité d’opinions aujourd’hui inexistante dans les médias dominants
• D’utiliser l’information juste comme
contre-pouvoir indispensable à la vie démocratique
• De se réapproprier la démocratie locale par l’information

Le prix du carburant est-il bien justifié ?


La montée du court du baril de pétrole peut-il justifier le litre
d’essence à plus de 2€ ? La question mérite d’être posée.
Si l’on regarde l’historique du prix à la pompe, on s’aperçoit
vite qu’il dépend davantage de la marge des pétroliers et
des distributeurs ainsi que des taxes plutôt que du prix du
pétrole lui-même…

En 2014, François Hollande décide de majorer les taxes sur le carburant alors que le prix du baril s’ef –
fondre passant de plus de 100 € à moins de 60 €… Sur les recommandations d’Emmanuel Macron, alors conseiller à l’Élysée. Résultat, malgré la baisse légère du prix à la pompe, les taxes s’envolent et la marge progresse. Ni vu, ni connu !
Lorsque le prix du pétrole grimpe, les marges se maintiennent, lorsqu’il chute, elles progressent à la faveur d’une baisse très modérée du prix à la pompe. Ce n’est pas qu’une impression : pendant la crise du covid les cours du pétrole sont descendus de 60 à 20 € le baril ! Le prix à la pompe n’a alors perdu que 20 centimes.
En mars 2022 le baril passe de 60 à 110 € et le prix à la pompe prend plus de 60 centimes ! Cherchez l’erreur…
Et bien oui, elle est là ! Les marges des pétroliers et des distributeurs n’ont jamais été aussi importantes et l’État complice se sert au passage. Cette analyse est totalement corroborée par Vincent, propriétaire de 2 stations essence.
Sur RMC (1), il déclare le 4 mars 2022 dans l’émission « Les grandes gueules » que les marges des distributeurs avoisinent les 40/45 centimes le litre quand on nous parle de 3 centimes ! Lui, vend le litre de carburant 12 centimes de moins que ses concurrents. Il pourrait faire mieux encore mais s’il vend à des prix trop bas, les pétroliers refusent de le livrer. Il affirme : « Les marges sont énormes, on s’en
met plein les fouilles ! » Certains pour ne pas voler leurs clients ont fait le choix de fermer.
Une telle hausse de marge ne s’était jamais produite par le passé ! Et pour cause, qui pourrait le comprendre et qui pourrait l’accepter ?
On sait que chaque choc pétrolier a provoqué une récession. C’est donc volontairement que l’on plonge l’économie dans l’abîme. Un État au service de sa population maintiendrait les niveaux de prélèvement mais ne les augmenterait certainement pas en pareille circonstance. Il aurait bien plus à perdre en maximisant les prélèvements par effet d’aubaine : baisse des rentrées fiscales par effondrement de l’activité, hausse des dépenses sociales, mécontentement des électeurs … Dans une situation normale, le gouvernement demanderait aux opérateurs du secteur de maîtriser leur marge et ne permettrait certainement pas de les augmenter ! Cette situation peut-elle exister autrement que par une entente entre l’Etat et les acteurs du secteur ?
La technique est toujours la même. La signature ressemble fort aux pratiques du cabinet McKinsey et à la feuille de route du Forum de Davos qui poursuit son programme du « Great Reset » : asservir les peuples par le chaos et la ruine qu’il provoque, parallèlement aux outils numériques de contrôle qu’il déploie, avec la complicité de nombreux dirigeants corrompus.

Note importante de la rédaction – Le lien pour les dons, aux professionnels suspendus de la BPAV est situé en bas de la page 4 ci-dessous. Voici donc les LIENS pour les Dons:

Dons collectif soignants 22

https://www.helloasso.com/associations/bpav-bretagne-piquee-au-vif/formulaires/1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.