L’humoriste Blanche Gardin refuse l’ordre des Arts et des Lettres et tacle Macron sur les SDF

fac020c_BmG7na_OXYRBRrOj5o8DW8_sBlanche Gardin, lors de la cérémonie des Molieres Humour 2018 (ROMUALD MEIGNEUX/SIPA)

Dans une lettre à Emmanuel Macron, l’humoriste explique qu’elle refuse sa nomination à l’ordre des Arts et des lettres, en raison de son renoncement à loger les sans-abris.

« Je suis flattée. Merci. Mais je ne pourrai accepter une récompense que sous un gouvernement qui tient ses promesses et qui met tout en œuvre pour sortir les personnes sans domicile de la rue. En juillet 2017, vous avez déclaré :

« La première bataille c’est de loger tout le monde dignement. Je ne veux plus, d’ici la fin de l’année, avoir des hommes et des femmes dans la rue, dans les bois ou perdus ».

Et, vous avez annoncé le lancement d’une politique du « logement d’abord », qui a laissé planer l’espoir d’une plus grande attention portée aux personnes mal-logées.

« Je suis flattée. Merci. Mais je ne pourrai accepter une récompense que sous un gouvernement qui tient ses promesses et qui met tout en œuvre pour sortir les personnes sans domicile de la rue. En juillet 2017, vous avez déclaré :

« La première bataille c’est de loger tout le monde dignement. Je ne veux plus, d’ici la fin de l’année, avoir des hommes et des femmes dans la rue, dans les bois ou perdus ».

Et, vous avez annoncé le lancement d’une politique du « logement d’abord », qui a laissé planer l’espoir d’une plus grande attention portée aux personnes mal-logées.

LIRE : Macron sur les migrants : « Je ne veux plus personne dans les rues, dans les bois »

Mais simultanément vous avez baissé durement les APL qui aident les plus pauvres à se loger, vous avez réduit les budgets des centres d’hébergement d’insertion pour les sans domicile, vous avez coupé une part importante des moyens dédiés à la construction de logements sociaux, coupé drastiquement dans les emplois aidés, supprimé l’ISF, ce qui a eu, entre autres conséquences, de faire chuter les dons aux associations qui luttent en faveur des plus démunis.

Vous n’avez pris aucune mesure ambitieuse qui permettrait d’encadrer les loyers dans toutes les villes ou le coût du logement étouffe le budget des plus fragiles. A une période où notre pays bat des records d’expulsions parce que les familles n’arrivent plus à payer leurs loyers. Et la liste serait encore longue…

Où comptiez-vous les mettre, ces gens que vous ne vouliez plus voir dans la rue, Monsieur le président, alors que vous preniez toutes ces mesures qui allaient provoquer l’effet inverse ? Il y en a de plus en plus tous les jours, des femmes, des hommes, et des enfants qui vivent, dorment et meurent dans les rues de France. Mais peut-être votre absence de vision vous a aussi ôté la vue.

Les solutions existent. Vous le savez.

Il ne vous a peut-être pas échappé que j’ai donné une représentation de mon spectacle « Bonne nuit Blanche » au Zénith de Paris le 31 mars dernier. Les bénéfices de cette soirée ont été reversés à la fondation Abbé Pierre et à l’association Les enfants du Canal.

Vous comprendrez qu’il y aurait quelque chose d’illogique d’accepter votre proposition.

Merci quand même. »

Source : L’Obs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.