Les GI’s s’entraînent chez les gendarmes

Une trentaine de Marines américains ont suivi un exercice de maintien de l’ordre et d’exfiltration, au centre de Saint-Astier.

Les GI’s s’entraînent chez les gendarmes
Les Marines sont arrivés sur l’aéroport de Bassillac avec armes et bagages, à bord d’un avion cargo Hercules C 130. ©

photo arnaud loth

Leur arrivée n’est pas passée inaperçue. Un avion-cargo quadrimoteur Hercules C130 aux couleurs (discrètes) de l’US Air Force s’est posé hier peu après 10 heures sur l’aérodrome de Périgueux-Bassillac. À son bord, un peloton d’une trentaine de jeunes Marines américains et leur encadrement, ainsi que des instructeurs de la gendarmerie française.

Il s’agit de militaires du Special Purpose Marine Air-Ground Task Force for Crisis Response (SPMAGTF-CR), chargés d’actions qui s’apparentent au maintien de l’ordre, mais en milieu étranger. Avec armes et bagages, ils arrivaient d’une base d’Espagne où ils sont stationnés afin de participer à un stage spécialisé au Centre national d’entraînement des forces de gendarmerie (CNEFG), à Saint-Astier, accompagnés par trois instructeurs français qui ont commencé leur formation en amont.

Exfiltration en milieu hostile

Ils étaient attendus jeudi et l’exercice devait durer deux jours, mais tout a été concentré sur une journée. Ces GI’s repartent aujourd’hui. « Ça ressemblera encore plus à un exercice réel », souligne le chef d’escadron André Rakoto, qui pilote ce genre l’opération à la direction générale de la gendarmerie et était venu les accueillir.

C’est une journée intense qui attendait ces jeunes soldats dont certains ont déjà eu leur baptême du feu au Proche Orient ou en Afghanistan. « L’exercice sera une exfiltration de ressortissants réfugiés dans une ambassade en milieu hostile », expliquent les organisateurs.

Depuis l’attaque du consulat de Benghazi, en Libye, les Américains ont décidé de mieux former leurs soldats à ces situations de crise. « Le général Amos, commandant en chef des Marines, a désigné les gendarmes français comme les meilleurs dans le domaine du maintien de l’ordre, souligne André Rakoto. Notre excellence a été reconnue. » C’est une question de savoir-faire, mais aussi de philosophie : « Il faut se dire que nous avons en face de nous des adversaires temporaires et non des ennemis permanents. » Les Français apprennent aussi au contact des Américains.

Le CNEFG est une référence dans la formation des militaires. C’est en fait le troisième stage de Marines que reçoit la Dordogne depuis un an. Le centre accueille aussi des unités de gendarmes mobiles de toute la France et des stages de gendarmes et militaires étrangers, souvent dans le cadre de l’Otan.

Cette arrivée a aussi mis en lumière une activité militaire assez importante et peu connue de l’aéroport de Bassillac, que gère le Grand Périgueux.

Source : Sud Ouest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.