Les gendarmes de l’Orne peuvent compter sur les chiens du voisin

Gun, le chien de questage de l’Unité d’instruction et d’intervention de la sécurité civile n° 1 (UIISC), de Nogent-le-Rotrou, pourra intervenir sur le territoire ornais.

Gun, le chien de questage de l’Unité d’instruction et d’intervention de la sécurité civile n° 1 (UIISC), de Nogent-le-Rotrou, pourra intervenir sur le territoire ornais. | Delphine Le Normand/Ouest-France.

Dans le cadre de recherches de personnes disparues, l’Orne pourra faire appel à l’Unité d’instruction et d’intervention de la sécurité civile de Nogent-le-Rotrou.

Jeudi matin, une convention a été signée entre la préfecture de l’Orne, le groupement de gendarmerie et  l’Unité d’instruction et d’intervention de la sécurité civile n° 1 (UIISC), basée à Nogent-le-Rotrou. L’objectif de cette rencontre : lier par une convention les deux entités militaires afin que l’une puisse venir prêter main-forte à l’autre. En clair, les voisins de l’Eure-et-Loir pourront, sur sollicitation des gendarmes ornais, intervenir avec leur équipe cynophile pour retrouver des personnes disparues.

Le lieutenant-colonel Rouquayrol, Isabelle David et le colonel Urien.

Les chiens basés à Nogent-le-Rotrou ont en effet des formations différentes de ceux qui travaillent dans l’Orne. D’un côté, les chiens de questage, de l’autre les chiens de piste. Les premiers sont spécialistes de la recherche de personnes disparues sous décombres. Ils ne travaillent pas en partant d’une odeur ayant appartenu à la personne recherchée mais balayent une zone à la recherche de toute odeur humaine. Les seconds partent d’une odeur de référence et tentent de la retrouver. La complémentarité des deux fera gagner du temps aux gendarmes ornais.
Dans le cadre de recherches de personnes disparues, l’Orne pourra faire appel à l’Unité d’instruction et d’intervention de la sécurité civile de Nogent-le-Rotrou.

Jeudi matin, une convention a été signée entre la préfecture de l’Orne, le groupement de gendarmerie et l’Unité d’instruction et d’intervention de la sécurité civile n° 1 (UIISC), basée à Nogent-le-Rotrou. L’objectif de cette rencontre : lier par une convention les deux entités militaires afin que l’une puisse venir prêter main-forte à l’autre. En clair, les voisins de l’Eure-et-Loir pourront, sur sollicitation des gendarmes ornais, intervenir avec leur équipe cynophile pour retrouver des personnes disparues.

Le lieutenant-colonel Rouquayrol, Isabelle David et le colonel Urien.

Les chiens basés à Nogent-le-Rotrou ont en effet des formations différentes de ceux qui travaillent dans l’Orne. D’un côté, les chiens de questage, de l’autre les chiens de piste. Les premiers sont spécialistes de la recherche de personnes disparues sous décombres. Ils ne travaillent pas en partant d’une odeur ayant appartenu à la personne recherchée mais balayent une zone à la recherche de toute odeur humaine. Les seconds partent d’une odeur de référence et tentent de la retrouver. La complémentarité des deux fera gagner du temps aux gendarmes ornais.

Il ne sera pas fait appel aux chiens de l’unité de Nogent-le-Rotrou dans le cadre d’une fugue ou de recherche de malfaiteurs. « Uniquement lors de disparition inquiétante, de secours à personnes. Dans des missions où chaque instant compte », précise le colonel Urien, commandant le groupement de la gendarmerie de l’Orne.

Il est rare qu’une unité d’intervention nationale et internationale vienne épauler des gendarmes locaux. « Ça existe en Corse mais cette convention avec la préfecture de l’Orne est exceptionnelle », détaille le lieutenant-colonel Stanislas Rouquayrol, chef de corps de l’UIISC de Nogent-le-Rotrou.

Source : Ouest France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.