Les gendarmes contrôlent 237 véhicules à la veille de Pâques

Les contrôles ont eu lieu vendredi en fin de journée, à partir de 16h.

2 / 6
Vingt-huit militaires de la gendarmerie ont été mobilisés pour l’opération.
Les contrôles ont eu lieu vendredi en fin de journée, à partir de 16h.
La recherche de produits stupéfiants a été  l'axe principale de l'intervention
Les binômes de filtrage ralentissent les véhicules, indiquant à certains de se ranger pour un contrôle
Ce type d'opération est pratiqué entre 4 et 5 fois par saison.
Deux procédures pour usage de stupéfiants ont été initiées

Un important dispositif de contrôle a été mis en place par la gendarmerie ce vendredi, en vue des nombreux départs et arrivées anticipés sur la route pour le week-end de Pâques. L’opération, dictée par le procureur de la République, s’est déroulée de 16 h à 19 h à l’entrée du Monêtier- les-Bains. Un total de 28 militaires de la gendarmerie a été mobilisé, avec la présence de la brigade motorisée de Guillestre, ainsi qu’un maître-chien de l’équipe cynophile d’Embrun.

Au terme de cette opération, 237 véhicules ont été contrôlés. Deux procédures pour usage de stupéfiants, dont une concernant un mineur (6 g d’herbe de cannabis et 4 g de résine), ont été initiées. Deux défauts de contrôle technique ont été recensés.

Le capitaine Guillaume Martin, commandant de la compagnie de Briançon, supervise la mission : « C’est une opération de contrôle de montée en station, coordonnée sur l’ensemble de la brigade nord du département. Le week-end de Pâques occasionne généralement une forte affluence vers les stations. Cette initiative fait double emploi. Nous recherchons surtout des produits stupéfiants. Mais nous sommes également présents pour marquer les esprits et faire de la prévention routière. Les chiffres montrent que le week-end de Pâques est très meurtrier sur la route. »

Un contrôle « au véhicule », pas « au faciès »

Deux binômes de filtrage sont postés en amont et en aval de la voie, afin d’inspecter les véhicules circulant dans les deux sens. Suivis de deux équipes de contrôle. « Nous ne faisons pas de contrôle au faciès, mais du contrôle au véhicule. Un véhicule ancien ou en mauvais état peut être source de danger pour les usagers de la route », précise le capitaine. Les contrôles se déroulent selon la procédure standard : « Les individus sont invités à présenter leurs documents. Cela nous permet de vérifier l’identité des personnes, mais aussi qu’elles ont tous leurs points de permis. Nous veillons également à ce que le contrôle technique soit en règle. Si la situation et certaines vérifications visuelles le requièrent, les conducteurs peuvent être amenés à pratiquer un test d’alcoolémie ou de dépistage de produits stupéfiants », ajoute Guillaume Martin.

Source : Le Dauphiné

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.