Les familles d’une Brigade se gèlent depuis le 28 décembre…

Froid

« Nous perdons notre liberté ainsi que notre dignité a force d accepter tout avec cette loi du silence…. »

C’est par cette phrase de l’un de nos correspondant que nous apprenons un incident technique au sein d’une Brigade de l’Oise, à Chaumont en Vexin précisément.

En effet le 28 décembre 2013 vers 23 heures 30 une panne électrique collective importante a eu lieu dans cette caserne. La cause a été une « rupture du neutre » ayant eu pour conséquence une surtension à 400 volts au lieu des 220v normalement délivré. Un début d’incendie a pu même être circonscrit.

Les logements de cette caserne étant tous hors normes, aucun des compteurs électriques n’a disjoncté. Il semblerait que les A.I. (Affaires Immobilières), dont dépend cette caserne, aient des difficultés à rétablir la situation. En effet la chaudière collective ayant « cramé » celle-ci n’a toujours pas été réparée ou remplacée. A ce jour , où nous publions, il semblerait qu’un délai de 3 semaines serait invoqué.

Huit familles résident dans cette caserne dont 5 d’entre elles ont de très jeunes enfants âgés de 6 mois à 3 ans. Ces dernières ont été obligées de quitter les lieux pour se réfugier dans leurs familles ou belles familles en raison des températures négatives sévissant dans la région.

Il est à noter que la Loi du silence et l’omerta qui pèse encore sur nos Gendarmes, font qu’aucun média n’a été alerté sur ces faits.

Contacté par nos soins le commandant de la Compagnie de MERU (Oise) nous a confirmé les difficultés rencontrées pour rétablir des conditions décentes de vie dans les locaux  de cette unité. A ses dires ces difficultés proviennent uniquement d’un problème d’entreprise privée. Pour parer au plus pressé il a prêté aux familles de cette unité des chauffages d’appoints.

Les prochaines gelées étant annoncées, Profession-Gendarme souhaite que cette « alerte citoyenne » fasse bouger les choses très rapidement et que ces huit familles puissent réintégrer leur logement de manière décente.

Lire également : La région de gendarmerie de Picardie apporte des précisions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.