Les propos du général Soubelet à l’Assemblée Nationale : une manœuvre militaro-politique ?

Si il y a une chose de certaine c’est que l’audition du Général Soubelet à l’Assemblée Nationale a fait couler beaucoup d’encre. Mais tout ceci ne serait-il pas voulu et calculé tout en haut par le « Pouvoir » ?


En prenant un peu de recul nous pouvons constater plusieurs choses ;

–    Tout d’abord replaçons chaque «personnage» dans son contexte :

En tout premier lieu nous avons Monsieur Valls, Ministre de l’Intérieur qui a désigné le Général Favier, son ancien conseillé, Directeur de la Gendarmerie. Ensuite nous avons Mme Taubira, Ministre de la justice. Et enfin François Hollande, Président de la République.

Il est notoire et ce depuis longtemps, que malgré les apparences, Mr Valls et Mme Taubira ne sont pas en accord sur la politique menée par l’un et l’autre.  A ce sujet, le Président Hollande a été obligé, il y a peu, de calmer les esprits entre ces deux ministres.


–    Replaçons maintenant la Gendarmerie Nationale sur cet échiquier :

En 2009 la Gendarmerie quitte le ministère de la Défense pour être placée sous la tutelle du Ministère de l’Intérieur. De grands changements sont appliqués à notre Arme et Mr Valls désigne son ancien conseillé, le Général Favier,  Directeur de la Gendarmerie.

Cette Gendarmerie perd des moyens, des effectifs et des ressources financières. Avec courage, mais aussi en prenant quelques risques, le Général Favier tape sur la table et obtient une rallonge financière de 110 millions d’euros.

Le Directeur de la Gendarmerie ayant déjà « donné » par cette action, qui fallait-il désigner pour le représenter à l’Assemblée Nationale ?

Bien entendu le numéro 3 en la personne du Général SOUBELET, qui s’était d’ailleurs fait remarquer par son discours lors de la dernière cession du CFMG « je ne veux pas cautionner certains chefs qui pour être meilleurs que les autres, mettent en péril la santé de leur personnels ».


–     Maintenant voyons le côté pratique et politique de cette « affaire » qui n’en est pas une.

Nous savons et connaissons les inquiétudes de la population concernant la délinquance et la sécurité dans le pays. Les gendarmes ont le moral dans les chaussettes. Le Général devait donc « déchirer le voile », ce qu’il a fait.

Mais croyez vous qu’il aurait pu s’exprimer ainsi, en consultant ses notes, sans l’aval de son Directeur et de son Ministre ?   Bien sur que non.

Un rapport d’une telle importance devant une commission de l’Assemblée Nationale ne s’improvise pas. Cela se prépare de longue date et chaque mot est calculé et pesé, j’ajouterai même «approuvé».

–   Les résultat de « l’affaire » :

Par l’intermédiaire du Général SOUBELET, la Gendarmerie Nationale démontre à la population sa connaissance des problématiques de sécurité et fait des propositions pour combattre la délinquance.

Elle démontre à ses personnels, les Gendarmes, sa connaissance de leurs difficultés et de leurs aspirations et par la, encore une fois, « calme les esprits » et fait taire les plus râleurs  ou les plus déterminés.

Enfin, le Ministre Valls, ayant été précédemment rappelé à l’ordre par le Président de la République, il fait passer un message à son adversaire, Mme Taubira par l’intermédiaire de la Gendarmerie.

Pour faire bonne mesure, le ministre fait une remontrance aux « forces de l’ordre » mais conclut tout de suite que l’affaire est close.

Cerise sur le gâteau, Madame la Ministre Taubira, qui a très bien reçu le « message », en fine politique et par une pirouette intelligente se félicite des propos du Général, les qualifiant de « plaidoyer pour la réforme pénale».
Pour conclure, le Général SOUBELET, par l’intermédiaire de la page FaceBook ouverte à son intention, nous fait parvenir le message suivant :

[MESSAGE DU GÉNÉRAL DE CORPS D’ARMÉE BERTRAND SOUBELET, DIRECTEUR DES OPÉRATIONS ET DE L’EMPLOI DE LA GENDARMERIE] Bonjour à tous, Je prends connaissance de l’existence de cette page. N’ayant pas de compte Facebook personnel, je m’adresse à vous depuis la page officielle de la gendarmerie nationale. Je souhaite vous dire très clairement, comme je le fais habituellement, que tout cet emballement médiatique me surprend. Au sein de l’équipe de direction, nous sommes au travail pour faire avancer les dossiers de la gendarmerie en particulier ceux conduits avec la justice dans une dynamique incontestablement positive. Pour continuer ce qui a été collectivement entrepris, nous avons besoin de sérénité et de calme et ces manifestations spontanées, que je sais sincères, peuvent gêner notre action. Bien cordialement à tous. Général de corps d’armée Bertrand SOUBELETDirecteur des opérations et de l’emploi de la gendarmerie.

La boucle est bouclée, tout le monde est content…

Tout le monde est content ???

NON !!!  Je ne crois pas, car à aucun moment il n’a été fait état des trop nombreux suicides ayant endeuillé notre Gendarmerie aucours de l’année 2013,  en particulier les SIX derniers suicides du mois de décembre 2013.

Si la Gendarmerie Nationale doit se réformer, se moderniser et montrer un visage humain, (nous connaissons tous la devise « Gendarmerie une force humaine ») il est temps à  l’ensemble de nos autorités de prendre ce fléau à bras le corps et de reconnaitre les causes réelles de la majorité de ces suicides.
Souhaitons que 2014 ne vive pas l’hécatombe que nous avons connue en 2013.

Ronald Guillaumont

Un dernier lien :
« L’air de rien, elle (mme Taubira) se paye Manuel Valls. On savait leur relation compliquée, en voilà une nouvelle preuve. “La liberté d’expression doit demeurer le principe”, écrit Taubira, une façon de désapprouver la volonté d’interdire a priori les spectacles de Dieudonné. »  Source : Le point du 08.01.2014

Lire également :  Quenelles verbales de généraux… par Renaud-Marie de Brassac 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *