Les cambrioleurs des écoles arrêtés par la gendarmerie

Un technicien de la gendarmerie après un cambriolage dans une école de Villebarou le 15 juin dernier. - Un technicien de la gendarmerie après un cambriolage dans une école de Villebarou le 15 juin dernier. - (Photo gendarmerie)

Un technicien de la gendarmerie après un cambriolage dans une école de Villebarou le 15 juin dernier. – (Photo gendarmerie)

Depuis avril, des vandales cambriolaient les écoles de la périphérie blésoise. Les gendarmes ont mis un terme à la série. Le préjudice est important.

Les gendarmes viennent de mettre un terme à une série de cambriolages commis dans plusieurs écoles de la périphérie de Blois. Les premiers vols accompagnés de dégradations ont débuté en avril et se sont poursuivis jusqu’à la mi-juin pour les derniers constatés. « Nous avons eu à déplorer cinq vols avec effraction et une tentative commis au préjudice des écoles de Villebarou, Saint-Sulpice, Marolles et La Chapelle-Vendômoise, précise le commandant Dominique Bousquet, qui dirige la compagnie de gendarmerie de Blois. Dès les premiers faits, les indices recueillis nous ont permis d’établir que les mêmes auteurs étaient à l’origine de ces actes. C’est pourquoi j’ai décidé de créer une cellule d’investigations dédiée regroupant des enquêteurs de la communauté de brigades d’Onzain et de la brigade de recherches de Blois. »

Le travail de police technique et scientifique ainsi que le recueil de témoignages dans le voisinage ont permis aux militaires de remonter la piste de quatre suspects, un majeur et trois mineurs. Ces jeunes garçons ont été interpellés dans le courant de la semaine et le dernier, hier lundi. Au cours de leur garde à vue, les mis en cause ont reconnu l’ensemble des faits reprochés. Le majeur, âgé de 20 ans, demeure à Blois, tout comme deux des mineurs âgés de 14 et 16 ans, le quatrième lascar habite Fossé. Les voleurs devront répondre de leurs actes devant le tribunal pour enfants pour les plus jeunes et la justice correctionnelle pour l’aîné.
Le préjudice de leurs agissements atteint plusieurs dizaines de milliers d’euros et se compose d’une part des objets volés lors des expéditions à savoir deux ordinateurs, 21 MacBook, un rétroprojecteur et 600 € en numéraire et d’autre part la facture des dégradations commises dans les établissements scolaires. Exemple à La Chapelle-Vendômoise où l’école numérique a été visitée ou encore le groupe scolaire de Villebarou où les vandales ont tenté de mettre le feu dans la nuit du 14 au 15 juin. Seule une école a été épargnée car elle est équipée d’un système d’alarme qui a mis en fuite les cambrioleurs.

Source : La Nouvelle République

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.