Lutte contre l’insécurité : mairie et gendarmerie veulent innover

Moissac (82) – Le dispositif «participation citoyenne» sera lancée le 16 juillet

Plus que jamais, l’insécurité est un fléau moissagais. Après la flambée des cambriolages en fin d’année dernière, le récent braquage du Netto et l’attaque à main armée au domicile privé d’une Moissagaise de 13 ans ont démontré ces dernières semaines que le problème restait entier. Ceci explique sans doute la volonté de la nouvelle municipalité de tenter de remédier au problème. Pour ce faire, un nouveau dispositif va voir le jour prochainement. Un peu sur le modèle des «voisins vigilants», la commune de Moissac vient ainsi de se rapprocher de la préfecture et du groupement de gendarmerie pour lancer l’initiative «Une participation citoyenne, j’adhère !» Une réunion d’information sera proposée à cet effet à tous les Moissagais, le mercredi 16 juillet 2014, au hall de Paris, place des Récollets, à 19 h 30.

Une réunion d’information le 16 juillet prochain

Ce dispositif emprunte la forme d’un réseau de solidarités de voisinage constitué d’une ou plusieurs chaînes de vigilance structurées autour d’habitants d’une même rue ou d’un même quartier. Il permet d’alerter plus naturellement la gendarmerie ou la police municipale de tout événement suspect ou de tout fait de nature à troubler l’ordre public, la sécurité des personnes et des biens dont ils seraient les témoins. Depuis son élection à la mairie de Moissac en mars dernier, le maire, Jean-Michel Henryot a souhaité arrêter une liste d’élus référents pour tous les quartiers de la commune. Il s’agit désormais de renforcer ce réseau avec des résidents de chacun de ces quartiers. Ils constitueront des groupes de référents communaux afin de relayer l’action de la gendarmerie et de la police municipale auprès de la population et favoriser ainsi la diffusion de conseils préventifs pour lutter plus particulièrement contre la délinquance et les dégradations. Ce dispositif a pour but de répondre à quatre objectifs : rassurer la population, améliorer la réactivité des services de sécurité, accroître l’efficacité de la prévention de proximité et permettre l’échange régulier d’informations entre les différents partenaires.

Pour la compagnie de gendarmerie de Castelsarrasin et la COB de Moissac, il s’agira aussi, avant tout, de remettre la main sur un domaine, l’échange et la communication avec la population, qui échappait en partie aux gendarmes par l’intermédiaire d’initiatives citoyennes isolées.

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.