Le rôle des vaccinations dans le taux de mortalité de l’Inde ne peut plus être nié

Sunday, May 23, 2021 by: Lance D Johnson

(Article traduit par DeepL)

(Natural News) Les cadavres en décomposition s’échouent en nombre record sur les rives du Gange, un grand fleuve qui traverse l’Inde et le Bangladesh. Il y a tout juste une semaine, un total de soixante et onze corps ont été rejetés à la sortie du village de Chausa. Les habitants de l’Uttar Pradesh ont trouvé des dizaines de cadavres lorsqu’ils sont allés se baigner dans le fleuve. Dans le district de Ballia, soixante-deux autres corps ont été retrouvés le long de la rivière, et des dizaines d’autres sont apparus à Gahmar. Plus de cinquante cadavres se sont échoués dans le Mahadevi ghat, avec des chiens sauvages et des oiseaux se régalant des restes. Des dizaines de corps sont retrouvés chaque jour le long de ce fleuve de 1 560 miles de long.

L’insalubrité et la promiscuité qui règnent en Inde sont une recette mortelle, surtout dans les villages ruraux, où l’hygiène, la nutrition et les soins médicaux sont rares. Dans les villages situés le long du Gange, notamment à Kanpur, Kannauj, Unnao et Prayagraj, on trouve des cimetières de fortune au bord du fleuve, où les êtres chers sont jetés dans des tombes peu profondes. Le taux de mortalité est en train d’échapper à tout contrôle en Inde, mais seulement après que les vaccins covid-19, qui répandent des protéines de pointe et provoquent des inflammations, aient été libérés par millions.

Les maladies infectieuses font des ravages en Inde, de la tuberculose à la malaria, car les vaccins covidés provoquent de graves inflammations, affaiblissant la population

Des milliers de personnes meurent chaque jour d’infections en Inde, et beaucoup de ces décès ne sont pas enregistrés dans un registre officiel. La tuberculose, le typhus, le paludisme, le choléra, la grippe et le covid-19 ne sont que quelques-unes des maladies infectieuses qui ravagent la nation.

Une infection fongique autrefois rare, appelée mucormycose, est devenue opportuniste chez les patients guéris et en voie de guérison du covid-19. La mucorymycose est causée par l’exposition à la moisissure mucor, que l’on trouve couramment dans le sol, les plantes, le fumier et les fruits et légumes en décomposition. Une autre infection qui profite de la faiblesse du système immunitaire est le typhus des broussailles. Près d’un million de cas sont signalés chaque année en Asie. Le typhus des broussailles peut affecter le système nerveux central, le système cardiovasculaire, les systèmes rénal, respiratoire et gastro-intestinal, entraînant une pneumonie ou la mort. La maladie infectieuse la plus préoccupante est la tuberculose (TB) et une multitude de variantes résistantes aux médicaments. L’Inde a la plus forte incidence de tuberculose, avec 2,8 millions de cas et 435 000 décès chaque année.

Le Covid-19 n’a fait qu’aggraver la situation. Des personnes présentant des symptômes respiratoires similaires à ceux de la pneumonie et de la tuberculose meurent de la covid-19, et le nombre de décès augmente comme jamais auparavant à mesure que les systèmes médicaux s’effondrent. L’Inde rapporte actuellement plus de décès dus au covid-19 en un seul jour que n’importe quel autre pays à n’importe quel moment au cours de l’année et demie écoulée. Plus de 186 millions de vaccins ont été utilisés dans le pays depuis janvier 2021. Pourquoi les gens deviennent-ils soudainement plus sensibles au coronavirus et à d’autres infections en Inde après la campagne de vaccination de masse ? Est-ce parce que la science du système immunitaire inné est ignorée et supprimée dans la poussée pour empoisonner les gens avec plus de vaccins qui causent des problèmes graves tels que l’augmentation dépendante des anticorps (amorçage pathogène) et l’interférence virale (sensibilité accrue à l’infection) ?

Comment la vaccination pourrait-elle être à l’origine de la spirale de mort subite en Inde ?

Une société de test privée a découvert que deux personnes sur trois en Inde ont déjà des niveaux mesurables d’anticorps dans leur système. La majorité de la population est actuellement immunisée contre le covid-19, alors pourquoi le nombre de décès explose-t-il en ce moment ?

Plus de 186 millions de vaccins ont été utilisés dans tout le pays depuis janvier 2021. Avant la campagne de vaccination de masse, l’Inde faisait un excellent travail de gestion des infections et de prévention des décès excessifs. Après les vaccins, le taux de mortalité a grimpé de façon incontrôlée. Aujourd’hui, 3 532 “variantes” du coronavirus 19 circulent en Inde, et elles ont toutes proliféré presque immédiatement après que les gens ont commencé à se faire injecter en masse les “vaccins”.

Le nombre moyen de décès dus au coronavirus par jour en Inde était bien inférieur à 100 personnes pendant les trois premiers mois des mesures de confinement mondiales. Le pays a vu ce nombre grimper à 1 000 décès par jour en août et septembre, juste après l’imposition des masques avec le pouvoir de l’État policier. Les infections ont diminué en janvier 2021. À cette époque, le nombre de décès par jour était de nouveau bien inférieur à 100. Cependant, avec la mise en place des vaccins, le taux de mortalité a grimpé en flèche comme jamais auparavant, dépassant les 1 500 décès par jour en avril et les 4 500 décès par jour en mai !

Pourquoi des milliers de personnes supplémentaires mourraient-elles chaque jour si une majorité de personnes se rétablissaient avec des anticorps ? Pourquoi des milliers de personnes supplémentaires mourraient-elles chaque jour, si des millions de vaccins garantissaient l’immunité ? Le renforcement dépendant des anticorps induit par les vaccins pourrait-il être en jeu ? Les vaccins pourraient-ils propager des protéines de pointe provenant des personnes vaccinées, mettant ainsi en danger les personnes non vaccinées ?

Non seulement les vaccins empoisonnent l’organisme des gens et les rendent plus sensibles aux complications de l’infection (interférence virale), mais ils préparent également le système immunitaire à échouer lorsqu’il est réexposé aux souches de coronavirus dans la nature (renforcement dépendant des anticorps). D’après les études cliniques, les vaccins covidés suscitent des anticorps neutralisants qui sensibilisent les personnes vaccinées à une maladie plus grave. En outre, la fatigue, la fièvre, les troubles oculaires, les douleurs, l’engourdissement, la paralysie faciale et les caillots sanguins qui résultent des vaccins sont des signes que les vaccins provoquent une inflammation grave, rendant les personnes plus sensibles à diverses infections. Plus encore, une campagne de vaccination de masse peut forcer les coronavirus à évoluer plus rapidement, entraînant une adaptation accélérée des protéines de pointe et l’apparition de nouvelles variantes. Des scientifiques britanniques pensent que le variant B.1.617.2 qui circule en Inde est 50 % plus infectieux.

De plus, les vaccins fonctionnent comme des armes biologiques contre les maladies auto-immunes, forçant l’organisme des personnes à produire des protéines de pointe qui peuvent conduire à une exposition environnementale et à une évolution rapide des particules virales infectieuses. Les personnes non vaccinées sont exposées à d’innombrables protéines de pointe provenant de personnes vaccinées. Ces raisons peuvent contribuer à expliquer pourquoi le nombre de décès est soudainement hors de contrôle en Inde et pourquoi les corps sont rejetés en masse le long des rives du Gange.

Sources include:

DailyMail.co.uk

BBC.com

NCBI.NLM.NIH.gov

USAid.gov

NaturalNews.com

GNews.org

Independent.co.uk

Nature.com

NaturalNews.com

NaturalNews.com

NaturalNews.com

Source : Natural News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *