Le patron de Pfizer refuse de témoigner devant le panel COVID du Parlement européen – encore une fois

Nous n’avons pas d’autres informations à partager », a déclaré Albert Bourla, qui s’est désisté d’un précédent rendez-vous en octobre.

M. Bourla s’était déjà désisté d’un rendez-vous pour témoigner devant la commission en octobre, au cours duquel il devait répondre à des questions difficiles sur la manière dont les contrats secrets relatifs aux vaccins étaient conclus. Cette décision faisait suite à un rapport d’audit sur la stratégie d’achat de vaccins de l’UE, qui soulevait de nouvelles questions sur les contacts entre le PDG de l’entreprise pharmaceutique et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui ont précédé un contrat de plusieurs milliards d’euros.

« Nous n’avons aucune autre information à partager », déclare Albert Bourla, qui a renoncé à un rendez-vous antérieur en octobre.

Le PDG de Pfizer, Albert Bourla, a de nouveau refusé de témoigner devant la commission spéciale COVID du Parlement européen.

C’est la grève deux.

« Depuis l’audience COVID d’octobre, nous n’avons aucune autre information à partager avec le Comité, déclinons donc respectueusement l’invitation à réexaminer ces questions », indique la lettre de Bourla datée du 2 décembre et vue par POLITICO.

Bourla s’était précédemment retiré d’un rendez-vous pour témoigner devant le comité en octobre, au cours duquel il devait être confronté à des questions difficiles sur la manière dont les accords secrets sur les vaccins avaient été conclus. Cette décision fait suite à un rapport d’audit sur la stratégie d’approvisionnement en vaccins de l’UE qui a soulevé de nouvelles questions sur les contacts entre le PDG de l’industrie pharmaceutique et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui ont précédé un contrat de vaccin de plusieurs milliards d’euros.

Le 14 octobre, le Parquet européen a confirmé qu’il menait une en cours enquête sur les achats de vaccins COVID de l’UE, mais n’a pas encore précisé qui fait l’objet d’une enquête ni quels contrats de vaccins de l’UE font l’objet d’un examen.

Lors de l’audition COVI du 10 octobre, la présidente des marchés internationaux développés de l’entreprise, Janine Small, a été confrontée à des questions répétées de la commission sur l’absence de Bourla, dont l’une a même été enregistrée sur les ordinateurs portables de certains députés . Elle a également répondu à des questions sur les négociations de contrats de vaccins et les piqûres elles-mêmes, dont une du député européen néerlandais Robert Roos (groupe ECR) pour savoir si le vaccin avait été testé pour sa capacité à prévenir la transmission avant d’entrer sur le marché. Cette question – et la réponse de Small – a valu à Roos une apparition dans le talk-show Fox News de Tucker Carlson.

Mais, en fin de compte, il semble que Small n’était tout simplement pas un substitut à Bourla.

Ainsi, le 28 octobre, le comité COVID a adressé une deuxième invitation au PDG.

« Notre commission a estimé que lors de la précédente audition avec des représentants de l’industrie pharmaceutique, où Pfizer était représenté par Mme Janine Small, des questions importantes concernant les accords d’achat anticipé entre l’Union européenne et Pfizer, qui relèvent de la responsabilité du PDG et de auquel lui seul a le pouvoir d’y répondre, est resté sans réponse », a déclaré aujourd’hui la présidente du comité COVID Kathleen Van Brempt (groupe S&D) dans un communiqué.

« En tant que présidente de la commission COVI, je regrette profondément le refus du Dr Bourla de discuter de cette question avec les membres du Parlement européen », a-t-elle déclaré. « En tant que co-législateur du budget européen, le Parlement a le droit d’obtenir une transparence totale sur les modalités de ces dépenses et les négociations préalables qui y conduisent. »

Mais pour Pfizer, il semble qu’il n’y ait rien de nouveau à dire.

« Pfizer a fourni une contribution au comité spécial sur la pandémie de COVID-19 et au Parlement européen au sens large, alors qu’il cherche à comprendre et à tirer des enseignements de la réponse à la pandémie », a déclaré un porte-parole de la société à POLITICO.

Source (en anglais) : Politico

Pfizer, la plus grande arnaque mondiale.

Source : CrowdBunker

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *