Le patron de la gendarmerie condamne la lettre anonyme de certains membres du GIGN

Le colonel Denis Favier, directeur général de la gendarmerie. © Miguel Medina/AFP

Dans une lettre anonyme révélée ce mercredi matin par Le Canard enchaîné, des gendarmes d’élite du GIGN accuse leur patron, le colonel Hubert Bonneau, d’être “peu courageux” et de ne pas les avoir mobilisés au Bataclan lors des attentats du 13 novembre. Un courrier critiqué par le directeur général de la gendarmerie.

Dans un communiqué diffusé ce mercredi, le général Denis Favier, directeur général de la gendarmerie nationale, réaffirme “toute sa confiance au commandant du GIGN, le colonel Hubert Bonneau”.

“Les écrits anonymes sont un procédé condamnable et n’honorent pas leur(s) auteur(s)”, poursuit Denis Favier. Il confirme qu’ “aucun élément” dans le rapport de la commission d’enquête sur les attentats de 2015 en France “ne vient accréditer la thèse d’un éventuel dysfonctionnement dans l’emploi du GIGN”.

Une lettre anonyme, oeuvre de plusieurs membres du Groupement d’intervention de la gendarmerie nationale, pointe du doigt Hubert Bonneau, le commandant du GIGN, lui reprochant d’avoir été “peu courageux” pendant l’attentat au Bataclan, le 13 novembre 2015, car il n’a pas engagé ses hommes.

Source : France TV Info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *