Le non-vacciné, cette espèce à abattre

Cluster médiatique de ressentiment… FS

Auteur(s): François Bonacieux, pour FranceSoir A+A

CHRONIQUE – Un nouvel effet secondaire de la vaccination ? La hargne envers les personnes qui ont fait le choix de ne pas se faire injecter les vaccins « géniques » semble croître et la violence verbale se déchaîne à leur encontre ces derniers jours.

Caroline Fourest avait ouvert le bal dans Marianne la semaine dernière avec ce qui ressemblait à une dernière sommation, en lâchant rien de moins qu’un « Non-vaccinés récalcitrants : notre patience a des limites ». Un titre à peine atténué depuis, puisqu’il a été discrètement remodelé en « la patience a ses limites ».

Thomas Porcher de son côté, veut « rendre la vie difficile » aux non-vaccinés, phrase prononcée dans l’émission « les Grandes gueules » d’hier. Tellement difficile que le compte de l’émission a supprimé le tweet qui relayait l’extrait en vidéo…

Peu après, on apprenait, hier toujours, mais sur France 2, que l’Institut Pasteur envisageait de confiner les non-vaccinés, mais pas les autres.

Le tout sur la base d’une modélisation dont il a le secret.

Voir aussi : Courbes meurtrières et modélisations de l’enfer : les chiffres tuent plus que le Covid

Sans doute inquiet d’être en reste d’une outrance, Emmanuel Lechypre, éditorialiste économique, est celui qui a frappé le plus fort, et de loin : traitant les non-vaccinés de « dangers publics pour les autres », réclamant qu’ils soient traités comme des « parias de la société », qu’ils ne « bénéficient pas des mêmes droits que les autres citoyens » et les interpellant carrément pour finir : « on vous vaccinera de force ! Je vous ferai emmener par deux policiers au centre de vaccination… », il insistait, avec une satisfaction gourmande de son effet : « Il faut aller les chercher avec les dents… Et avec des menottes s’il le faut ! »

Il semblerait que l’incontournable Emmanuelle Ducros ait décidé d’enchaîner : mais au regard des saillies dont elle est capable, son « si les soignants ne veulent pas être vaccinés, ils n’ont rien à faire dans les lieux de soins » prononcé dans « 24h Pujadas » sur LCI paraîtrait presque tiède… Surtout au vu de celles de ses camarades. Sans doute un moment de faiblesse.

Dessin de Frédéric Michaud, à retrouver sur son site.

Cerise sur le gâteau, c’est Apolline de Malherbe qui finissait le travail ce matin – décidément, le groupe BFM/RMC est surreprésenté dans cette séquence… En qualifiant benoîtement les abominables récalcitrants de « brebis galeuses ». Rien que ça !

Certains internautes sagaces ont relevé aussitôt que par les temps qui courent, être « galeux » permettait d’obtenir de l’ivermectine, un traitement qu’ils préféreraient nettement aux injections dont la propagande officielle les tympanise continuellement.

Voir aussi : « Propagande est le mot qui me vient pour qualifier la politique de vaccination » Dr McCullough

Et comme souvent sur le sujet, c’est quasiment seul dans la classe politique que Florian Philippot s’est exprimé pour condamner sans réserve cette inquiétante dérive, citant notamment « Rhinocéros » d’Eugène Ionesco, cette fable qui met en scène les ravages du zèle conformiste qui forme progessivement et inéluctablement le terreau d’une société tyrannique.

ette belle série s’arrêtera-t-elle ici – on ne pouvait les citer tous, mais Michel Onfray ou le docteur Matthias Wargon n’ont pas été en reste… – ou bien le concours Lépine de la bouffée totalitaire reprendra-t-il de plus belle sur les antennes de radio et des chaînes d’info cette semaine ? Sans oublier la presse écrite : le Monde qualifiait ce choix de ne pas se faire vacciner de « stratégie du passager clandestin », dans son éditorial du jour. Nous ne sommes sans doute pas au bout de nos surprises… Christophe Barbier, Laurent Alexandre, êtes-vous déjà partis en vacances ? 

Auteur(s): François Bonacieux, pour FranceSoir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *